Adultes

Le Soldat chamane / 2 – Robin Hobb

400143_Le cavalier reveur, page 1 @ NormalizeOù l’on retrouve Jamère Burvelle à l’école royale de cavalerie, empêtré dans des problèmes qui n’intéressent que lui. Mêmes querelles que dans le tome précédent, évidemment puisque dans l’édition originale américaine, il n’y a pas de rupture. Le ressentiment entre anciens et nouveaux nobles s’exacerbe cependant et ce qui n’était que mauvaises plaisanteries et remarques désobligeantes se change en règlements de compte musclés et passages à tabac. Jamère parvient à être aussi horripilant que dans le premier tome, toujours le cul entre deux codes d’honneur. La partie fantasy prend nettement de l’ampleur avec d’une part les talents de médium d’Epinie, cousine du héros et d’autre part les expériences multiples de dédoublement vécues par Jamère lui-même. Il a désormais conscience d’avoir un double vivant près de la femme-arbre, et se nourrissant de l’âme des morts ; ainsi se fortifie-t-il pour vaincre les étrangers venus envahir les terres des Nomades.
Rien d’original dans le scénario des amours que tissent Spic, le meilleur ami de Jamère, nouveau noble pauvre et qui doit trimer pour obtenir de bons résultats, et la belle et fantasque Epinie riche héritière : les amours déclassées d’une princesse et d’un berger, on a déjà lu ça cent fois.
Le personnage véritablement intéressant de l’histoire c’est Gord qui en plus d’être nouveau noble a le malheur d’être obèse. Depuis le premier tome, il subit sans broncher les quolibets et railleries de ses camarades (sauf Jamère bien sûr, héros au cœur pur…), simples piques qui vont se transformer en humiliations et châtiments corporels. Il baisse la tête et endure tout, expliquant à qui veut l’entendre que la violence verbale ou physique n’est jamais une solution. Il est une énigme pour Jamère qui ne comprend pas une telle humilité. Pourtant dès les dernières lignes de ce second tome français pointent les premiers assauts de la maladie. Car la peste ocellionne s’est abattue sur Tharès-la-Vieille à cause de Jamère qui fut son médium bien malgré lui. Beaucoup sont morts à l’école de cavalerie, mais certains n’ont pas franchi le pont dans l’autre monde, sauvés à la dernière minutes par Jamère.

A n’en pas douter, Robin Hobb a toujours ce grand talent de mettre en scène des situations, des personnages aux intérêts et à la morale contradictoires. Son naïf de service est bien sûr la cible idéale mais on sait tellement à l’avance qu’il va être victime de sa propre générosité que ses bons sentiments finissent par agacer. Bon fils, bon élève, bon cousin, bon ami : c’est trop. Un peu de nuance ne ferait pas de mal à ce Candide aveugle. On a pourtant envie de savoir où nous emmène cette fois encore Robin Hobb et surtout quand le destin de ce personnage trop lisse va-t-il basculer.

Robin Hobb sur Mes Imaginaires

Le Soldat chamane – 2 : le cavalier rêveur (2005), Robin Hobb traduite de l’anglais (américain) par Arnaud Mousnier-Lompré, Pygmalion, janvier 2007, 349 pages, 21,50 €

A lire aussi :

Terreur – Dan Simmons Vous n’avez jamais eu froid. C’est une certitude. J’en tremble encore et j’ai lu ces sept cents pages cachée sous ma couette. Pour vous le faire ...
A comme aujourd’hui – David Levithan Dans le roman de David Levithan, A se réveille chaque matin dans le corps d’une personne différente. Toujours âgé de seize ans, il est tantôt fille, t...
Doppelgänger – David Stahler Jr. Doppelgänger, c'est le titre qui m'a tentée : depuis Nabokov et Chamisso, j'aime les histoires de doubles. Tout commence ici avec une créature de...
Le maître de Frazé – Herbert Lieberman 2070. Des jeunes gens sont enfermés dans un château isolé dans le Grand Nord canadien. Ils sont frères et soeurs, de mère inconnue mais nés du même ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *