Jeunesse

Nobles guerriers / 1 – William Nicholson

NicholsonEtrange roman que celui-là : une fois refermée la dernière page, je ne sais qu’en penser…Nous avons des jeunes gens qui souhaitent faire partie d’un groupe religieux nommé les Nomadas, ou Nobles Guerriers. Ce sont des moines-soldats chargés de défendre le dieu unique qui a plusieurs visages et qui pour l’heure dort tranquillement sur l’île d’Anacréa . Mais une prophétie prétend qu’il va être assassiné, et le temps de la prophétie est venu. L’idéal de paix et de justice attire de nombreux jeunes mais il y a peu d’élus : Seeker et Etoile de l’Aube ne sont pas acceptés au sein de la confrérie, pas plus que Sauvage, jeune brigand meurtrier naïf et assoiffé d’amour. Etoile de l’Aube est très déçue car elle pensait y retrouver sa mère, qui l’a abandonnée quand elle avait trois ans pour rejoindre les Nomadas, Sauvage croyait y trouver l’amour et Seeker sauver l’honneur de son frère qui vient d’être renvoyé de la confrérie, honte ultime. Seeker ayant appris que Radiance, la cité du soleil construit une arme absolue pour détruire l’île d’Anacréa, décide de trouver cette arme afin de mériter son entrée chez les Nomadas. Etoile de l’Aube et Sauvage se joignent à lui.

Le plus étrange dans tout ça c’est que les Nomadas ont tout d’une secte. Ils éblouissent les jeunes adolescents par leurs idéaux de simplicité, justice, équité mais on ne peut quitter la secte sans être nettoyé, c’est-à-dire sans avoir subi un nettoyage de cerveau qui ôte tout souvenir (p. 391). La cité de Radiance, ennemie des Nobles Guerriers ne vaut pas mieux puisqu’elle pratique le sacrifice humain quotidiennement pour voir réapparaître le soleil chaque matin et que son roi se livre à des séances d’entraînement à la haine. Alors que vaut-il mieux ? Je ne suis pas pour le manichéisme à tout crin, mais là, j’ai du mal à adhérer à l’un comme à l’autre des clans et ne comprends pas comment ces jeunes héros peuvent s’enthousiasmer pour un groupe religieux qui peut les réduire à l’état de légume s’ils ne conviennent pas. Encore s’il était question des dangers des sectes, je ne dis pas, mais c’est tout le contraire…
Je reste donc réservée sur ce premier volume, même si par ailleurs, style et narration tiennent la route. A voir la suite…

Nobles guerriers / 1 : Seeker (2005), William Nicholson traduit de l’anglais par Diane Ménard, Gallimard Jeunesse, mai 2006, 395 pages, 16 €

A lire aussi :

Artères souterraines – Warren Ellis « J'ai ouvert les yeux pour voir le rat pisser dans mon mug. Un énorme salopard marron, le corps comme un étron sur pattes et des petits yeux ronds ...
L’instinct de l’équarrisseur – T... Le monde a deux facettes : celle de la réalité, où sir Arthur Conan Doyle est un écrivain reconnu ; celle de la fiction où Sherlock Holmes est l'assas...
Vampyrrhic – Simon Clark Encore une histoire de vampires anglais, eh oui, mais quelle couverture ! Bravo et encore bravo à Greg Copeland : elle est formidable et donne sa pa...
La maison aux fenêtres de papier – Thomas Da... Voici un roman qui mêle avec sang et bonheur la mythologie asiatique et le Japon moderne. A travers l'histoire de l'Oni No Shi, l'épée tueuse de démon...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *