Adultes

Les Larmes d’Artamon / 1 – Sarah Ash

ash.jpgGavril mène une vie insouciante dans le doux royaume de Smarna. Peintre fils d’une artiste peintre, il court les filles et tombe sans difficulté amoureux de la belle et fraîche princesse Astasia, fille du comte Orlov du royaume de Muscobar, dont Gavril doit faire le portrait pour qu’il soit montré à son futur mari, le prince Eugène de Tielen. Chagrin d’amour en perspective, il faut bien que jeunesse se passe… Mais tout bascule le jour où il apprend qu’il est aussi le fils du seigneur Volkh, du royaume d’Azhkendir, qui vient de mourir assassiné.

Unique et légitime héritier, il est conduit de force dans son château sous les contrées glaciales de son nouveau domaine. Il apprend alors que son père était le Drakhaon et qu’il va le devenir lui aussi sous peu. Mais devenir Drakhaon n’est seulement un titre, cela implique des transformations physiques que Gavril expérimente bien malgré lui : son sang, ses yeux, sa peau, tout vire au bleu, ses ongles poussent et son visage se transforme. L’histoire du Drakhaon ne serait donc pas une légende que l’on raconte aux enfants ? Mais qu’en est-il alors des fiancées qu’on offre au monstre pour apaiser sa soif de sang ? L’histoire de Gavril va suivre celle de son père Volkh qui a cherché à combattre cette nature sauvage. Une voix lui parle qui lui ordonne de lutter, de ne pas céder à cette puissance qui lui permet de tuer ses ennemis en un éclair. Oui mais quand les troupes d’Eugène de Tielen viennent envahir l’Azhkendir, la colère submerge Gavril qui les rôtit tous en un éclair…

Sans hésitation, il y a longtemps que je n’avais pas lu un aussi bon livre de fantasy chez Bragelonne. Le problème de cette maison d’édition c’est que les cycles se suivent et se ressemblent et que les auteurs ne font pas preuve d’imagination, ce qui est tout de même un comble pour un genre tel que celui-là. L’intérêt de l’intrigue ici n’est pas dans une quête sans fin ou dans l’apprentissage de supers pouvoirs. Tout tourne autour du personnage de Gavril en lutte avec lui-même et son identité profonde qu’il n’accepte pas. Il veut lutter contre la sauvagerie qui est en lui, qui le submerge parfois et le pousse à nuire à ses semblables, amis ou ennemis. Il est en cela très proche du héros vampirique de George Martin dans Riverdream qui lui aussi espère grâce à la science domestiquer l’irrationnel qui est en lui. Sarah Ash aurait encore gagné en intensité en ne multipliant pas les personnages et donc les intérêts. L’attention du lecteur va de Gavril à Eugène le mégalomane (il veut régner sur tous les royaumes de Rossiya pour restaurer l’Empire), d’Astasia à Elysia Andar, mère de Gavril, de Jaromir Arkhel (unique survivant d’une lignée massacrée par Volkh) à Kiukiu la servante qui a la faculté de se rendre au royaume des morts. Il y a aussi Lilias, maîtresse du défunt Drakhaon (mais pas uniquement) qui accouche d’un fils, l’intrigant comte Velemir, le docteur Altan Kazimir. Trop de fils à tirer pour que l’intrigue aille vraiment à l’essentiel.
La narration se disperse en de multiples personnages alors que Gavril est le vrai héros et son évolution psychologique le vrai ressort de l’histoire. Et c’est bien ce qui fait son intérêt en distinguant ce cycle des autres séries. Un cycle à suivre donc en espérant que Sarah Ash a su faire preuve de rigueur pour conserver son originalité.

Sarah Ash sur Mes Imaginaires

Les Larmes d’Artamon / 1 : seigneur des neiges et des ombres (Lord of Snow & Shadows, 2002), Sarah Ash traduite de l’anglais par Michèle Zachyus, Bragelonne, janvier 2006, 453 pages, 22€

A lire aussi :

Une planète dans la tête – Sally Gardner Voilà un roman jeunesse vraiment original, où rien n’est donné d’avance, où le lecteur doit construire intrigue et contexte au fur et à mesure d'une l...
Comme un conte – Graham Joyce Voilà Tara qui revient près vingt ans d'absence. Elle avait quinze ans, était amoureuse de Ritchie, et du jour au lendemain, elle a disparu. Quand le ...
Traquemort / 3 – Simon R. Green Après une longue année d'attente, l'aristocrate historien Owen Traquemort est de retour, pour notre plus grand plaisir. Egal à lui-même ("s'il avait...
Chroniques du bout du monde / 1 – Paul Stewa... Avant même de commencer à lire le début des aventures de Spic, on se réjouit déjà rien qu'en feuilletant ce livre et en découvrant les savoureuses ill...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *