Nouvelles

Utopiae 2006 – Anthologie

Utopiae-2006.jpg

Il est toujours difficile de sélectionner un recueil de nouvelles tant il est d’usage d’y trouver des niveaux différents. Les amateurs feront donc bien de s’arrêter sur ce cru d’Utopiae, anthologie traditionnellement publiée depuis six ans à l’occasion du festival nantais et international de science-fiction. De l’excellent et du bon, ainsi peut-on qualifier cette édition.
L’excellent d’abord. « Le dernier des fumeurs » ou jusqu’où peut aller la lutte anti-tabac et donc la ségrégation des fumeurs pour le bien être de ceux qui ne fument pas. Sur le mode de l’absurde et du tragique, l’écrivain japonais Yasutaka Tsutsui nous plonge dans une société où déjà les parcs sont « interdits aux chiens et aux fumeurs » et qui se dirige de pogroms en chasses aux sorcières vers un génocide en règle des fumeurs. Sa biographie en fin d’ouvrage nous le présente comme « le maître japonais de la métafiction, … auteur très connu et reconnu au Japon » : espérons que cette première traduction en français lui ouvrira les portes de l’Hexagone. Le texte suivant est aussi une grande réussite de cynisme : « Ad majorem Dei Gloriam » de la Portugaise Maria de Menezes nous fait découvrir la Communauté, celle qui rassemble tous les croyants. Ses dirigeants vont profiter des possibilités données par la maîtrise du clonage et du conditionnement pour convertir les extraterrestres. Incroyable de cruauté, il dénonce lui aussi d’une certaine manière les excès du fanatisme. Autre excellente nouvelle, celle de l’Argentine Magdalena Moujan Otaño « Gu ta gutarrak » qui explique, au moyen d’un voyage dans le temps en circuit fermé et de pas mal d’humour, de l’existence des Basques : que font-ils là, coincés dans leurs montagnes, parlant une langue sans origine ? Il faut au moins une famille d’irradiés pour nous l’expliquer…
Parmi les réjouissances de ce recueil on lira avec plaisir les nouvelles du Serbe Zoran Zivkovic (« Puzzle » énigmatique) et celle du Suisse Vincent Gessler. Cette dernière, brillante et implacable, suit le parcours d’un enfant abusé par un gourou qui devient un tueur puis élabore une vengeance informatique. Il n’est pas interdit de se laisser aller à l’humour doux amer de Helmuth W. Mommers et les amateurs retrouveront avec plaisir Ursula Le Guin qui nous offre ici encore un épisode du cycle de l’Ékumen.
Dix auteurs du monde entier, c’est le principe, et au moins sept bonnes raisons de l’acheter.

Utopiae 2006, Anthologie, L’Atalante, novembre 2006, 223 pages, 11,50€

 

A lire aussi :

Ceci n’est pas un jeu – Walter Jon Wil... ARG, MMORPG, GURPS… ces acronymes ne vous disent rien ? Pas grave, à moi non plus, et ça ne m’a pas empêchée d’apprécier ce roman de Walter Jon Will...
Le Sang des 7 rois, livre deux – Régis Goddy... Après un premier roman, également premier volume de la série Le Sang des 7 rois, on attendait le deuxième avec intérêt. Car la fantasy française ne re...
Les dames blanches – Pierre Bordage C'est dans le monde entier qu'un matin, les humains découvrent pour la première fois celles qu'ils appelleront les dames blanches : de grosses bulles ...
Le Sang des 7 rois livre 3 – Régis Goddyn Voici un billet qui résonnera comme du chinois aux oreilles de tous ceux qui, à tort, ne se sont pas encore plongés dans la saga-fleuve de Régis Goddy...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *