Jeunesse

Le combat d’hiver – Jean-Claude Mourlevat

MourlevatEn un temps indéterminé, des jeunes gens vivent dans un internat morose à la discipline de fer. Pas de rires ni de chansons, l’obéissance et la soumission sont de règle, comme le silence et le froid. Deux fois l’an, ils ont le droit d’aller visiter leur consoleuse, pendant deux heures et faire ainsi réserve d’amour et de chaleur humaine.

Jusqu’au jour où Milena ne rentre pas. Sans en avertir sa meilleure amie Helen, elle fuit, condamnant de fait une autre élève à être punie à sa place. Puis dans l’internat des garçons, c’est Bart qui ne rentre pas, et bientôt Milos, accompagné d’Helen. Ils ont découvert le secret de leur condition et décident d’entrer en résistance : tous dans l’internat sont les fils et les filles d’anciens opposants à la Phalange, système politique autoritaire en cours dans leur pays. Les Phalangistes ont, quinze ans plus tôt éliminé un à un tous les opposants au régime et veillé à enfermer leurs enfants afin de les surveiller.
Les quatre adolescents évadés rallient un mouvement clandestin mais Milos se fait prendre et recruter pour les jeux de l’arène : il devra se battre à mort contre des gladiateurs lors des combats d’hiver. Milena, Bart et Helen organisent l’insurrection grâce au soutien des hommes-chevaux, aussi forts qu’ils sont naïfs.

Il fait aussi sombre et froid dans ce roman que dans les chambres de l’internat : aucun doute, Mourlevat sait installer une atmosphère pesante où il n’y a ni rires, ni chants, ni odeurs. Tout est sinistre et glauque, hormis les pages de bonheur dessinées par les consoleuses. La chape de plomb tombée sur le pays suite à la prise du pouvoir par la Phalange est d’une justesse à faire frémir. Dans cette morosité, quelques jeunes gens parviennent à faire scintiller l’espoir par leur amitié, leur amour et par la lutte qu’ils préparent dans l’ombre. Pourtant Mourlevat ne cède pas à la facilité et tous ces jeunes héros de dix-sept ans ne se relèveront pas de leur combat d’hiver. Mais il n’y a pas à s’y tromper : les très beaux personnages de consoleuses, seules figures maternelles et vraiment charnelles du roman, sont contrebalancées par les ignobles phalangistes qui règnent par la terreur et la violence. C’est Mills, maître des hommes-chiens, qui synthétise la noirceur des dirigeants : obéissance, cruauté, cynisme, ce Mills n’a rien pour lui. Quant aux hommes-chiens (museau de chien, le reste humain), ils sont un avatar sinistre et parfois pathétique du génie humain.
Si hommes-chiens et hommes-chevaux apportent une note fantastique à ce roman de la lutte, il n’en reste pas moins proche de nous, dans cette ville sans nom qui pourrait être la nôtre tant le fascisme est chose rampante et insidieuse.
La mélancolie est sans nul doute la tonalité majeure du roman. Elle s’éclaire parfois d’un rire d’enfant ou du chant de Milena, mais la tristesse demeure. Car il est lourd à payer le prix de la liberté et rien n’efface jamais un passé douloureux, pas même le printemps.
 

Jean-Claude Mourlevat sur Mes Imaginaires

Le combat d’hiver, Jean-Claude Mourlevat, Gallimard Jeunesse, septembre 2006, 330 pages, 15€

A lire aussi :

Automates – Nathalie Le Gendre Nous sommes au XXIIIème siècle dans un pays où les femmes doivent porter robes et cheveux longs. La technologie la plus avancée y côtoie les voitures ...
La légion écarlate – Johan Heliot Le général Servius Tarsa commande une expédition romaine au-delà des colonnes d'Hercule à la fin du premier siècle de notre ère. Forte de six mille ...
Le palais des mirages – Hervé Jubert Comment résister à la parution d'un nouveau roman d'Hervé Jubert ? Après les aventures de Blanche Paichain, nous voilà à nouveau plongés dans Paris, c...
Les cornes d’ivoire / 1 – Lorris Murai... Premier tome d'une trilogie dans laquelle Lorris Murail propose une situation originale : l'Europe (ici, le Septentrion) a été dévastée par la peste...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

One Comment

  • Nicolas

    Un roman agréable à lire mais le déséquilibre au niveau du rythme m’a un peu décontenancé, et au final j’ai plus accroché à l’intrigue annexe (les jeux du cirque), qu’à l’intrigue principale, manquant un peu d’originalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *