Adultes

Eternity Express – Jean-Michel Truong

truong.jpgVoilà bien longtemps qu’on nous le dit : la population européenne vieillit, trop de vieux, plus assez de jeunes pour payer leur retraite, leur sécu. Que fait-on ? Eh bien, hasard du calendrier, aujourd’hui 5 juin 2006, lundi de Pentecôte, ex jour férié : on travaille. C’est à dire cautère sur une jambe de bois. Jean-Michel Truong a trouvé une solution bien plus radicale. Dessinant un scénario catastrophico-réaliste, il imagine notre proche avenir croulant sous le poids des papys boomers. Enthousiasmés par le mirage de l’Eternity rush (vieillesse éternelle sans maux ni dégénérescence), ils se retrouvent sur le carreau une fois la supercherie démasquée. Ils y ont mis leur dernier enthousiasme, leurs économies, ils n’ont plus rien mais sont toujours là, à charge de la société. Qu’en faire ? Et si on les envoyaient en Sibérie ? Ils ne gêneront personne là-bas, on va leur promettre de beaux complexes hôteliers avec un pécule chacun, et voilà le premier train parti.

Mais Truong est bien plus machiavélique que ça. A bord du train, un médecin plusieurs fois condamné (on l’apprend petit à petit) pour usage vraiment pas honnête de la médecine. Il a en Chine un très cher ami qui lui veut beaucoup de bien, jadis le très respecté (pour ses méthodes expéditives) Monsieur Ho et aujourd’hui devenu président de la première république chinoise. Pour accroître son pouvoir et sa domination, il accepte de prendre en main de « purger ce surplus – vingt-cinq millions, à réviser selon l’évolution des conditions économiques – plutôt que de compromettre le bien-être du plus grand nombre. » Car enfin en Chine, c’est par centaines de millions que l’on compte le nombre de vieillards excédentaires « perdus pour la consommation comme pour la production« …

Au-delà de l’humour très grinçant de cette histoire, Jean-Michel Truong se livre à une analyse sociale et économique très poussée. Partant de la situation économique actuelle (nombre croissant de retraités, baisse de la natalité, engouement pour le jeunisme) et de quelques probabilités crédibles (ramdam médiatique bidon autour de la « pilule » de jouvence, éveil de la Chine à la société de consommation et révolte à grande échelle), il construit un suspens bien organisé autour de ce train qui file inexorablement vers la Sibérie où se recrée un microcosme social. C’est argumenté, efficace et d’un cynisme à toute épreuve.
A lire pour rire jaune.

Jean-Michel Truong sur Mes Imaginaires

Eternity Express, Jean-Michel Truong, Albin Michel, 2003, 299 pages, 19,50 €

A lire aussi :

Le crépuscule des elfes – Jean-Louis Fetjain... En des temps légendaires, quatre tribus se partagent la terre : les nains, les elfes, les monstres et les hommes. Chacune d'elles détient un talisman,...
Du sel sous les paupières – Thomas Day Il y a plusieurs tonalités dans Du sel sous les paupières, et ce doit être ce qui en fait son charme que je peine à définir. Tout commence comme un ro...
Un livre pour le Tigre – Philippe Halvick James Jones, un privé pas très reluisant, vivote en filant des femmes infidèles. Pas très fier de lui, on le sent plutôt schizophrène, limite bon po...
L’enjomineur 1 – Pierre Bordage Il est souvent difficile de parler du dernier Bordage pour en dire autre chose que du bien… mais là, c'est long. Arrivée à la 414ème page, j'attends e...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *