Jeunesse

Peggy Sue et les fantômes / 1 – Serge Brussolo

BrussoloPeggy Sue n’est pas une jeune fille comme les autres : elle a la faculté de voir ce que le commun des mortels ne voit pas, les Invisibles, ou Transparents. Les humains de base ignorent même jusqu’à l’existence de ces êtres méchants qui sont en fait à l’origine de tous leurs malheurs. Ils prennent en effet un malin plaisir à rendre la vie des gens difficile.

Mais pour Peggy Sue c’est encore pire car ces affreuses créatures s’acharnent sur elle qui est la seule à connaître leur existence. Ils peuvent à volonté guider ses faits et gestes et elle est alors forcée de faire les pires âneries en classe. Mais, parce qu’elle est protégée par une magie étrange liée à ses lunettes, ils ne peuvent pas la tuer, seulement la manipuler. Elle est donc contrainte à changer souvent d’école et à ne pas avoir d’amis, car elle a vraiment l’air bizarre.
Dans ce premier épisode, les Invisibles ont concocté un plan diabolique : ils placent une sorte d’écran en face du soleil qui en modifie le rayonnement. Les gens deviennent alors très intelligents, provisoirement. Ils deviennent également bleus. La nuit venue ils oublient tout ce qu’ils ont appris ou inventé, voire régressent s’ils ont abusé des rayonnements par orgueil ou soif de connaissance. Ils sont au final de plus en plus bêtes, sauf les animaux qui eux engrangent les connaissances jusqu’à acquérir la parole télépathique pour certains, comme le chien bleu. Les animaux en viennent à dominer les hommes, à les asservir encore plus cruellement que les hommes ont asservi les animaux.
L’intrigue est un peu maigre et le personnage de Peggy Sue pas tout à fait assez consistant, mais c’est une mise en place. L’humour rattrape largement les faiblesses de l’histoire, le summum étant atteint lorsque les canapés en cuir redeviennent des vaches et se mettent à charger les humains. La mégalomanie des animaux confine à l’absurde et leur ressentiment à l’égard des hommes est à la fois fin et drôle. Leur vengeance s’avère être un bon ressort dramatique.
Pourtant Peggy reste en lutte contre les Invisibles, et ça ne fait que commencer ?

Serge Brussolo sur Mes Imaginaires

Peggy Sue et les fantômes – 1 : le jour du chien bleu (2001), Serge Brussolo, Pocket Junior, 2002, 285 pages

A lire aussi :

Nuit tatouée – Charlotte Bousquet Une nouvelle collection jeunesse consacrée aux littératures de l'Imaginaire, ça nous manquait. Pour cette première salve de titres, «Galapagos» de che...
Gone – Michael Grant En un instant, toutes les personnes de plus de quinze ans disparaissent de Perdido Beach, Californie. Les profs, les parents, la police : all gone. Il...
Un ogre en cavale – Paul Beorn La jeune Jeanne est hospitalisée suite à un malaise. Rêve-t-elle ? Est-elle inanimée ou dans le coma ? Toujours est-il qu'elle voit surgir dans sa cha...
Scarrels – Marcus Malte J’ai eu envie de lire ce titre de Marcus Malte parce que j’ai vraiment beaucoup aimé Garden of Love qui est un roman passionnant, subtilement constr...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *