Jeunesse

Tobie Lolness / 1 – Timothée de Fombelle

FombelleVoici la grande histoire d’un petit bonhomme, un petit millimètre de bon sens dans un monde de verdure et de périls. Difficile de résumer cette histoire sans tomber dans ce que l’auteur a très bien su éviter : la mièvrerie sucrée. Le jeune Tobie est en fuite, il court de branche en branche, il se cache dans les bourgeons, il fuit un danger que le lecteur découvre peu à peu. Il a été jadis heureux dans les hautes branches de l’arbre-monde, mais son père était un savant, un de ces sceptiques qui ne veulent pas voir le monde comme les autres, qui cherchent des réponses rationnelles à leurs interrogations. Y aurait-il quelque chose au-delà de l’arbre ? Y a-t-il de la vie ailleurs ? Où vont les oiseaux quand ils s’envolent ? Mais Sim Lolness ne fait pas que penser, il est aussi un grand inventeur, pour son malheur. Car le jour où il comprend qu’il a fabriqué une machine qui va révolutionner l’économie, et donc l’écologie de l’Arbre, il décide de la garder pour lui, afin qu’elle ne soit pas exploiter à mauvais escient. Il est conspué et chassé, au nom du progrès, mais il ne cède pas. Il part en exil dans les basses branches. Tout change alors pour Tobie, son fils, qui sans bien tout comprendre découvre l’hostilité et la solitude.

C’est petit à petit que Timothée de Fombelle dévoile l’histoire de la famille Lolness. Le lecteur ne sait d’abord pas pourquoi il est traqué, il découvre juste un petit personnage très attendrissant par sa densité faite de peur, de courage, de réflexion et de coups de tête. Grâce à des retours en arrière, le lecteur reconstruit l’histoire de Tobie et comprend l’injustice de sa situation. Son aventure rime avec trahison mais pas avec affliction : ses amis le trahissent, il en éprouve de la peine mais ne fond pas en larme. Il a une vision très sereine de la nature humaine (ou bien de la nature des petits êtres des arbres…), ne se fait pas d’illusions et trouve en lui et en son ingéniosité des trésors pour continuer.
L’auteur évite à la fois le pathos et les bons sentiments. Il parvient ainsi à conter une histoire aussi pétillante qu’émouvante, dans un vocabulaire très simple, accessible au plus jeunes (vers 10 ans) mais dont la finesse et la poésie peut combler jusqu’à bien au-delà. C’est une merveilleuse réussite, à des lieues par exemple du larmoyant Dernier elfe de Silvana de Mari. Ici tout sonne juste. Le monde est aussi cruel que dans la vie, pas d’entourloupes pour justifier une trahison, de miracles pour ressusciter les morts. Ce monde bruissant fourmille d’authenticité et de poésie grâce à une écriture à la fois simple et poétique. Agrémenté des illustrations en noir et blanc de François Place, ce premier roman (et premier tome) laisse présager du meilleur pour la suite.

Ce livre a reçu le Grand Prix de l’Imaginaire 2007, catégorie jeunesse

Timothée de Fombelle sur Mes Imaginaires

 

Tobie Lolness – 1 : la vie suspendue, Timothée de Fombelle, illustré par François Place, Gallimard Jeunesse, avril 2006, 311 pages, 16€

A lire aussi :

Le jour où… – Paul Beorn Ce jour-là, c'est celui du Marchand de sable : tous les adultes se sont endormis. Tous les gens âgés de plus de seize ans se sont peu à peu affaissés,...
Edgar Flanders, détective de l’étrange / 2 &... Ce deuxième tome sorti en même temps que le premier a les mêmes défauts et les mêmes qualités que celui-ci. Les personnages sont très intéressants, ...
Panopticon – Nicolas Bouchard Nicolas Bouchard nous entraine à Londres en 1820. On a attenté à la personne du premier lord, Robert Banks Jenkinson, et ce en plein King's Theatre ma...
La Maison des reflets – Camille Brissot Daniel Edelweiss, quinze ans, vit dans la Maison des reflets avec son père. C'est là que depuis quelques années, il est possible de venir voir ses mor...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *