Essais

C’est dans la poche : mémoires – Jacques Sadoul

sadoulVous qui aimez les potins d’éditeurs, les anecdotes d’écrivains et les coulisses d’un petit monde très fermé, précipitez-vous sur les mémoires de Jacques Sadoul et vous ne serez pas déçu.
L’homme a été pendant plus de trente ans le chef d’orchestre des éditions « J’ai Lu », éditeur populaire s’il en est. On croise donc dans ses mémoires l’ingénieux Marcel Dassault (quel régal que la publication de ses mémoires à lui !), l’ingénu Henri Troyat, Barbara Cartland, Stephen King et bien sûr tous les grands noms de la SF mondiale du siècle dernier. Et l’apparition du manga en France (que de hasards !), et la naissance de « Librio » (que de mépris) et l’improbable édition de titres phares comme Danse avec les loups, 37°2 le matin, Les nuits fauves
De la SF à la française bien sûr, de ses premiers balbutiements dans « Fiction » et « OPTA », mais surtout des auteurs, des amis, des stars mégalos et des génies discrets, des grands dinosaures américains et des collègues lumineuses. Rencontres et amitiés, querelles et conflits, la carrière de Sadoul fut riche d’humanité et de livres, et il sait en rendre compte avec humour et franc-parler. Sans pour autant tourner au règlement de compte, comme on le voit parfois dans ce milieu. On ne saura pourtant pas quelles proportions de chance et flair président aux succès dénichés par Sadoul, car l’homme est d’une modestie quasi intrinsèque.

Achevé dès 2002 (Sadoul a voulu arrêter ses mémoires à 2001, date mythique), le manuscrit n’a pas trouvé preneur, même chez « J’ai Lu » et « Flammarion » (les ingrats !). C’est Bragelonne qui s’en est emparé, creusant ainsi le sillon entamé par la biographie de Douglas Adams. Bonne idée que de mettre à disposition du grand public des essais retraçant l’histoire d’un genre décrié par l’intelligentsia mais dont les fidèles sont curieux. D’autant plus quand ils se situent dans un registre à la fois drôle et vécu. Ainsi commence la bibliothèque de l’amateur éclairé…

C’est dans la poche : mémoires, Jacques Sadoul, Bragelonne, février 2006, 206 pages, 17€

A lire aussi :

Le bâtard de Kosigan / 1 – Fabien Cerutti Oyez, oyez braves gens et lecteurs : voilà de la fantasy française ! Il fut un temps, pas si ancien, où je me cachais dans le plus sombre des trous à ...
Les guetteurs d’Azulis – Eric Boisset Qu'est-ce qui s'est écrasé hier soir dans le massif des Bauges ? Un avion, vous répondra Abel Dos Santos, quatorze ans, qui a vu le crash de ses yeux ...
L’instinct de l’équarrisseur – T... Le monde a deux facettes : celle de la réalité, où sir Arthur Conan Doyle est un écrivain reconnu ; celle de la fiction où Sherlock Holmes est l'assas...
Gingo – Sarah Cohen-Scali D'ici quelques années, suite à un mouvement de déconnexion, la société française est très hiérarchisée. Jade est une Bleue : elle vit à l'écart, décon...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *