Adultes

L’assassin royal / 3 – Robin Hobb

Hobb-4.jpgCeux qui n’ont pas aimé le tome précédent des aventures de Fitz Chevalerie ne se réjouiront pas à la lecture de ce troisième tome. Les détracteurs de ce cycle trouvant généralement qu’il ne s’y passe rien, ce n’est pas ce tome qui leur donnera tort : l’intrigue avance fort peu, mais les adeptes de Robin Hobb savent que ce n’est pas là que réside l’intérêt de ce cycle captivant.
Les côtes des Six-Duchés sont incessamment harcelées par les pirates rouges. Fitz lui-même monte à bord d’un bateau et part se battre contre ces ennemis aux intentions toujours méconnues. Mais le courage des hommes ne semble pas venir à bout de ces adversaires fabuleux. La reine servante Kettricken suggère alors d’aller à la recherche des Anciens, qui jadis aidèrent un roi légendaire des Six-Duchés à venir à bout de ses ennemis. Le roi servant Vérité accepte de partir pour cette improbable quête. Il quitte Castelcerf, laissant le château et le royaume en proie aux manigances de son affreux demi-frère, le prince Royal qui voit ainsi se réduire le nombre d’obstacles entre lui et le trône. Mais il reste le roi Subtil, moitié agonisant, prisonnier de sa chambre et du maléfique Murfès. Grâce à l’Art qu’il pratique mal, Fitz reste sporadiquement en lien avec Vérité, même quand Royal annonce sa mort lointaine.
Si vous aviez Royal sous la main, nul doute que vous l’étrangleriez de vos mains tant ses manipulations sont diaboliques. Et Robin Hobb l’est plus encore, ne nous donnant pas à lire directement ses agissements mais uniquement leurs conséquences par les yeux et la voix de Fitz, première victime de l’ambitieux prince. Le lecteur ne sait pas ce que trame Royal mais constate, avec Fitz, qu’il vide le château de ses biens, qu’il pille le trésor royal au profit de fêtes personnelles et délaisse les alliés ancestraux de Castelcerf. Il s’applique également à déboulonner Fitz, trop épris de Molly, du service du roi Subtil et de sa loyauté envers Vérité pour voir venir l’orage. Quand il viendra, il ne pourra compter que sur une poignée d’amis, dont son loup Oeil-de-Nuit pour le sauver.
C’est toujours aussi prenant et fascinant, pour les fans.

Robin Hobb sur Mes Imaginaires

L’assassin royal – 3 : la nef du crépuscule (1996), Robin Hobb traduite de l’anglais (américain) par Arnaud Mousnier-Lompré, J’ai Lu (Fantasy), janvier 2005, 412 pages, 7,88€

A lire aussi :

Ravenscliff / 1 – Geoffrey Huntington Devon March, 14 ans, a des pouvoirs surnaturels. Il ne sait pas à quoi ils vont lui servir, mais il arrive au château de Ravenscliff en espérant en ap...
22/11/63 – Stephen King Ce qu’il faut pour lire ce Stephen King-là, c’est du temps. Du temps pour lire ces neuf cent trente-six pages (postface comprise) mais aussi du temps ...
Le Clan des Otori / 1 – Lian Hearn Le jeune Tomasu est le seul survivant du massacre de son village par les troupes de sire Iida, chef de guerre Tohan. Il doit la vie à Otori Shigeru, h...
Les Chroniques de Krondor / 1 – Raymond E. F... Pug a treize ans ; il s'imagine soldat, homme d'armes au côté de son ami Tomas. Mais quand arrive le jour du choix, c'est par Kulgan le mage qu'il est...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *