Essais

Bibliothèque de l’Entre-Mondes – Francis Berthelot

Berthelot-1.jpgLes transfictions, kézako ? Ce néologisme désigne les romans ou nouvelles qui « se situent sur la frontière ou dans les environs immédiats » de la littérature générale et des littératures de l’Imaginaire sans que l’on puisse les ranger dans l’une ou l’autre de ces catégories. Un cauchemar de bibliothécaire, qui aime tant étiqueter, classer et déterminer une fois pour toutes si tel ouvrage va se ranger sur l’étagère SF ou pas. Dieu merci, tous les livres ne rentrent pas dans les cases et c’est à ces récalcitrants que Francis Berthelot consacre cet essai. Il prend ainsi la suite d’André-François Ruaud et de sa Cartographie du merveilleux, de Patrick Marcel et de son Atlas des brumes et des ombres et de Francis Valéry avec Passeport pour les étoiles (même éditeur, même collection). Mais si ses prédécesseurs portaient leur réflexion sur des genres bien établis (fantasy, fantastique, science-fiction), Francis Berthelot a la tâche beaucoup moins facile puisqu’il travaille à décrire, ou plutôt à dessiner les contours d’un genre qui n’existe pas, d’un entre-genre qui cache de nombreuses perles. Mettant sa grande culture littéraire au service d’un ouvrage érudit mais facile d’accès, l’auteur parvient à éveiller notre curiosité et à emporter l’adhésion.

Certes, tous ces ouvrages n’ont pas besoin d’entrer dans une catégorie. Il faudrait un bibliothécaire masochiste pour vouloir absolument les catégoriser et là n’est pas le propos de ce livre. Il s’agit plutôt d’une réflexion sur la littérature en général et sur les transgressions que nombre d’écrivains lui ont fait subir. Bousculant la narratologie traditionnelle ainsi que parfois, certaines données scientifiques, ils construisent un romanesque hors norme, dépouillé des contraintes de genre. Berthelot explique cela clairement et simplement dans les quarante premières pages de cet essai. Suivent une chronologie et une géographie de ces littératures insolites qui sont autant d’invitations à la lecture. Mais c’est dans la troisième partie que Berthelot détaille une centaine de livres primordiaux pour ce non-genre, avec conviction et passion. On peut être étonné d’y trouver certains titres que l’on croyait déjà bien classés : Fahrenheit 451 de Bradbury, Des milliards de tapis de cheveux d’Andreas Eschbach, Des fleurs pour Algernon de Daniel Keyes en science-fiction par exemple, ou Carrie de Stephen King et La Nuit du Walpurgis de Gustav Meyrink en fantastique. On comprend mieux la notion de transfiction avec des livres comme La Moustache, d’Emmanuel Carrère, L’Île aux oiseaux de fer d’André Dhôtel, Le Procès de Kafka.

Pour la plupart, ces livres méritent plusieurs lectures car ils sont porteurs de sens multiples et de niveaux de lecture non moins pluriels. C’est dans ces textes que se trouve l’audace littéraire qui fait aujourd’hui si cruellement défaut à notre littérature. Laissons-nous donc étonner par ces choix et (re)découvrons des textes aussi oubliés que Les fleurs bleues de Raymond Queneau ou célébrissimes comme L’arrache-cœur de Boris Vian.

Francis Berthelot sur Mes Imaginaires

Bibliothèque de l’Entre-Mondes : guide de lecture, les transfictions, Francis Berthelot, Gallimard, (Folio SF n°225), octobre 2005, 333 pages, 6,20€

A lire aussi :

Fantastique, fantasy, science-fiction – Léa ... Ne croyez pas que grâce à ce livre vous allez pouvoir classer, à la seule lecture d'une quatrième de couverture par exemple, un roman relevant d'un de...
Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux ... Il est des livres qui contiennent des heures de lecture et de plaisir, des livres qui vous emmènent ailleurs, jadis, vers d'autres cieux. Ce Panoram...
Steampunk ! – Etienne Barillier Vous ne direz plus jamais : « le steampunk, connais pas ». Etienne Barillier n’a pas raté sa vocation, c’est un excellent pédagogue, et son propos d...
Science-fiction. Une littérature du réel – R... "Le paradoxe actuel de la science-fiction pourrait tenir dans cet abîme séparant son absence de reconnaissance intellectuelle et son succès planétaire...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *