Essais

Fantastique, fantasy, science-fiction – Léa Silhol & Estelle Valls de Gomis

Valls de GomisNe croyez pas que grâce à ce livre vous allez pouvoir classer, à la seule lecture d’une quatrième de couverture par exemple, un roman relevant d’un des trois genres de l’Imaginaire. Non pas que le livre soit mal fait, loin de là, mais les auteurs prennent bien soin dès leur introduction de rappeler et souligner l’interpénétration des genres qui est à la base même des œuvres les plus originales et abouties en littérature, BD, cinéma ou séries télés.
Le but avoué de cet essai est de poser « l’introduction d’une histoire de l’imaginaire, à l’usage du néophyte, et un état des lieux du genre qui intéressera également le lecteur averti ; exploré[r] quelques facettes du genre qui […] ont paru pertinentes, de la naissance de ces littératures aux visages variés et fascinants qu’elles en sont venues à prendre de nos jours« . Il est donc fait un historique de chaque genre ou sous-genre (Jacques Baudou pour la SF, Alain Pozzuoli pour le fantastique qu’il appelle obstinément gothique, André-François Ruaud pour la fantasy, Jacques Finné pour la littérature vampirique, P.J.G. Mergey pour l’uchronie), démarche traditionnelle qui n’a d’intérêt que si l’on n’y connaît absolument rien car ce genre d’article a déjà été maintes fois écrit (un peu moins pour la fantasy). Un peu plus intéressant sont les contributions qui focalisent sur un thème plus particulier : l’évolution de l’écriture de Stephen King par Roland Ernould, ou celle du genre de l’horreur moderne par Patrick Marcel. L’article le plus original me semble être celui de Denis Labbé qui lui ne compile ni ne résume mais réfléchit sur l’influence des bouleversements de notre début de 21ème siècle (montée de l’islamisme, écroulement des Twin Towers) sur la littérature de science-fiction : ces événements entraînent-ils des modifications dans « la mise en place de futurs ou de passés concevables, à la fois réalistes sans être toujours réalisables, destinés à nous prévenir contre nos dérives, nos excès et nos manques » ? De telles interrogations font évidemment avancer la réflexion sur un genre intrinsèquement lié à l’homme et à son devenir.
Vous vous attacherez certainement à cet essai si pour vous les littératures de l’Imaginaire sont terrae incognitae. Vous partirez sur de bonnes bases, établies par des spécialistes. Si vous êtes déjà adepte d’un des genres ou supports évoqués (BD, télé, cinéma, romans), vous découvrirez les autres, mais si vous vous êtes déjà un peu frotté à ces divers mondes, il n’aura pas grand-chose à vous apporter. A vous de voir.


Fantastique, fantasy, science-fiction : mondes imaginaires, étranges réalités, Léa Silhol et Estelle Valls de Gomis (dir.), Autrement (Mutations n°239), octobre 2005, 166 pages, 17€

A lire aussi :

Le fantôme de Dublin – Olivier Larizza Contre mauvaise fortune bon cœur, Gustave Faust, treize ans, rejoint son oncle Edmons Ginole pour trois semaines de vacances en Irlande. Le manoir, dé...
La rage / 1 : Boisserie & Kerfriden C’est en 2012 que s’est déclenchée l’épidémie. Seuls les enfants sont infectés et se transforment en monstres assoiffés de sang. Toute la planète es...
Cœurs de rouille – Justine Niogret A l’image de Saxe qui se réveille brutalement frappé par Dresde, une golem oubliée, le lecteur habitué des romans de Justine Niogret sera surpris par ...
La volonté du dragon – Lionel Davoust Une fois encore, l'empire d'Asreth s'apprête à soumettre une nation au nom de sa mission de civilisation : en échange de sa technologie, de sa logis...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *