Adultes

Razzia – Jean-Marc Ligny

Ligny-2.jpgCe livre est le fruit d’une expérience aboutie en bibliothèque. En 2003, la bibliothèque de Houilles (Yvelines) demande à Jean-Marc Ligny d’animer un atelier d’écriture virtuel : il ne verra pas les participants, toutes les contributions se déroulant par Internet et donc via le monde entier. La foule ne s’est pas précipitée vers ce projet pourtant novateur, mais une dizaine de participants a suffi pour produire ce qui est devenu aujourd’hui un roman. Celui-ci se présente comme la suite directe d’Inner City puisque la première phrase donnée par Jean-Marc Ligny était la dernière de son livre daté de 1996. Les participants devaient d’abord écrire une suite au texte de Ligny, qui lui sélectionnait parmi les contributions celle qui lui convenait le plus (il explique ses choix dans la préface). Puis les participants devaient ensuite se couler dans le texte sélectionné pour en écrire la suite, et ainsi jusqu’à la fin.
On aurait pu tomber dans le n’importe quoi intégral. C’était compter sans les capacités de Ligny, la main de fer dans un gant de velours, qui a su diriger les participants, relire les textes et créer une cohérence de ton à l’ensemble de l’œuvre, malgré les diversités de style. Bien sûr, il reste quelques boulettes et un bon nombre de fautes d’orthographe… mais bon, je trouve l’ensemble réussi. Certains personnages ont considérablement changé depuis Inner City, mais comme rien n’oblige à lire ce titre avant, on se laisse prendre au jeu des identités cachées. J’aime particulièrement le personnage de Zora, surtout son vocabulaire, moitié argot, moitié franglais que je trouve très réussi. L’idée d’une personnalité autonome et destructrice lancée dans le cybermonde de la Haute Réalité respecte tout à fait l’ambiance donnée par Ligny et malgré certaines grosses ficelles et une fin un peu précipitée, le lecteur suit le périple des outers révoltés puis dépassés par leur révolte.
J’invite donc tous mes collègues tentés par un atelier d’écriture à lire ce roman expérimental. Pour se le procurer, n’allez pas chez votre libraire car les livres de la collection « Rivière Blanche » de chez Black Coat Press ne sont disponibles que sur Internet. Le but de cette collection : faire revivre l’ancienne collection « Anticipation » du Fleuve Noir et son ambiance « littérature de gare ». Commencez par celui-là, vous y reviendrez peut-être.

Jean-Marc Ligny sur Mes Imaginaires

Razzia, Jean-Marc Ligny (dir.), Black Coat Press (Rivière Blanche n°2012), juillet 2005, 242 pages, 17€

A lire aussi :

La douane volante – François Place La Bretagne au tout début de la Première Guerre mondiale. Gwen est un jeune garçon de quatorze ans un peu maladif que le rebouteux local a pris sous...
Les papillons géomètres – Christine Luce Quel étrange livre que Les papillons géomètres... Il développe un imaginaire personnel qui séduit par son originalité. La quatrième de couverture évoq...
Portrait du diable en chapeau melon – Serge ... Dans une ville étrange, des hommes et des femmes vivent comme des bébés, surveillés par des nurses androïdes ; leur alimentation droguée les maintie...
Involution – Johan Heliot « Qui a jamais vraiment accepté de se considérer à titre individuel comme un simple incident dans le jeu complexe de l’évolution ? » Pas le genre de q...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *