Jeunesse

Le royaume de Kirrick – Clive Woodall

Woodall.jpg

Kirrick est un brave petit rouge-gorge courageux dont les parents ont été tués par de méchantes pies qui sèment la terreur au Royaume des Oiseaux. Slyekin a décidé et organisé l’extermination totale de toutes les races qui ne sont pas des corvidés. Kirrick, qui veut faire quelque chose pour son peuple, rencontre Tomar, vieux hibou qui présidait jadis le Conseil des Hiboux. Ils forgent un plan et voilà le frêle rouge-gorge parti pour trois voyages périlleux dont le but est de rassembler les oiseaux les plus forts (faucons, aigles, oiseaux de mer) pour tendre un piège aux pies.
Puisque ce roman n’est pas paru en édition jeunesse, traitons-le comme un roman pour adultes et disons tout de suite qu’il suinte les bons sentiments. Le manichéisme est la pierre d’angle de ces aventures animalières. Dès le départ, le ton est donné : « Une entreprise gigantesque pour un si petit être, dont dépendait la survie de toutes les créatures à l’âme et cœur purs« . Les clichés succèdent aux phrases convenues (« n’écoutant que son courage…« , « Kirrick emportait avec lui, sur son dos, les espoirs des générations présentes et futures« ). Le pire est atteint dans les descriptions psychologiques et physiques, anthropomorphisées à outrance (j’aimerais bien voir à quoi ressemble un oiseau ayant les « yeux cernés par le manque de sommeil » !). Et le comble du ridicule lors d’une scène de viol entre oiseaux. Le but final de la mission est de rétablir l’ordre naturel perturbé par la dictature des pies. Les oiseaux passent pourtant allègrement des pactes avec les autres espèces, les aigles jurant de ne plus manger de lapins (qui ont aidé Kirrick) et les oiseaux eux-mêmes de ne plus avaler aucun insecte ! C’est incohérent en plus d’être mièvre. Mais quand les éditeurs cesseront-ils d’invoquer Tolkien derrière les quatrièmes de couverture ?!
Le prière d’insérer précise que les droits ont été achetés par Disney. On imagine très bien quel genre de guimauve cette machine à rêves formatés pourra en tirer.

Le royaume de Kirrick, Clive Woodall traduit de l’anglais (américain) par Madeleine Nasalik, Albin Michel, avril 2005, 267 pages, 18,50€

 

A lire aussi :

L’espace d’un an – Becky Chamber... Vous qui êtes attentifs aux vagues qui se forment sur la grande mer des littératures de l'Imaginaire, vous aurez certainement remarqué que la dernière...
La Tour sombre / 1 – Stephen King "L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le pistolero le suivait." Dans cette première ligne, voilà toute l'intrigue d'un volume qui ouvre un c...
Comment j’ai terrifié l’Amérique ̵... En 1927, William Castle (1914 - 1977) a treize ans. Pendant deux semaines de suite, tous les soirs, il va voir la pièce Dracula avec Bela Lugosi. Puis...
Enclave – Ann Aguirre Ann Aguirre donne la parole à Trèfle, alors qu’elle est sur le point de voir son rêve s’accomplir : devenir Chasseuse. Dans l’enclave souterraine Coll...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *