Jeunesse

Le passager de la maison du temps – Jean-Pierre Andrevon

Andrevon-4.jpg

1439. Après une tentative de vol, un jeune carabin, Luc Moreau dit Luc de Melun, trouve refuge dans une étrange maison lovée au creux d’un vallon. Son propriétaire, vieillard à l’agonie, la lui confie ainsi que deux robots et deux serviteurs virtuels, Jean et Jeanne. Grâce à cette maison et à sa technologie, Luc va pouvoir suivre le cours de l’Histoire sans jamais vieillir, sans y participer et sans la modifier. Le moment venu il pourra rejoindre le LIIème siècle et l’époque du carbonifère moyen. La solitude sera son lot, sauf au moment de la rencontre avec Sarah, jeune juive fuyant les persécutions nazies.
Grâce au procédé du voyage dans le temps, Andrevon se fait observateur et critique de l’Histoire. En philosophe, il tire les leçons que l’Homme ne tire jamais du passé : les guerres succèdent aux guerres, aux morts inutiles. « Y aura-t-il jamais un âge d’or sur Terre ? » s’interroge Luc Moreau. Andrevon répond non, car l’Homme ne sera jamais prêt, faute de raison et de générosité. D’autant moins aujourd’hui, en ce début de XXIème siècle, alors que la Terre est plus que jamais menacée par ses habitants. Car bien sûr l’auteur reprend son cheval de bataille favori auprès des jeunes générations, l’écologie, décrivant une avancée catastrophique vers les siècles avenirs pour cause de pollution. Réchauffement puis refroidissement viendront à bout des quelques bonnes volontés qui ne sont que fétus de paille à l’échelle du monde.
On apprécie encore une fois l’écriture romanesque d’Andrevon pour la jeunesse. La première partie médiévale est excellente tant l’auteur est à l’aise dans le registre historique. Il réussit à ne pas faire un catalogue des catastrophes humaines mais à présenter de façon dynamique l’enchaînement de l’Histoire, cherchant à donner une certaine perspective historique au jeune public. La rencontre avec la jeune Sarah brise efficacement la monotonie que pourrait revêtir ce système. Ses extrapolations concernant la destinée humaine sont à peine futuristes, dans la lignée des possibles compte-tenu de la situation actuelle. A lire à partir de 12-13 ans.

Jean-Pierre Andrevon sur Mes Imaginaires

Le passager de la maison du temps, Jean-Pierre Andrevon, Bayard Jeunesse, juin 2005, 365 pages, 11,90€

 

A lire aussi :

A l’aide ou le rapport W – Emmanuelle ... L'empathie, la solidarité, la charité humaine : foutaises que tout cela ! Grâce au travail conjoint de A et B, fonctionnaires au ministère de l'Intéri...
Les compagnons du Foudre – Denis Hamon Depuis la dernière guerre, surnommée dans un élan d'espoir la Der, une brume très nocive entoure les continents. Il ne fait plus bon y mettre les pied...
Le Jourde et Naulleau : précis de littérature du X... Amis lecteurs, amis bibliothécaires qui aimez Madeleine Chapsal et Philippe Labro, passez votre chemin car ce livre n'est pas pour vous ! A tous les...
Les Chroniques de Khëradön / 1 – Chris Debie... J'ai tendance à me méfier de la fantasy en général, et de la fantasy jeunesse en particulier. Alors quand je vois arriver ce livre avec cette couvertu...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *