Adultes

K-Pax – Gene Brewer

Brewer.pngprot vient de la merveilleuse planète K-PAX où les hommes vivent heureux, débarrassés des contraintes du sexe, des lois, de la famille. Mais les Américains savent bien que les extra-terrestres n’existent pas et enferment donc prot dans un asile psychiatrique aux bons soins du docteur Brewer, narrateur de cette histoire. Ce dernier pose toutes sortes de questions à son patient, essayant de déterminer quel traumatisme l’a conduit à inventer cette histoire, cherchant à le faire se contredire, bref, traquant la faille de cet être incroyable. Mais prot reste d’humeur joviale, un éternel sourire aux lèvres, cohérent dans son discours, le plus savant soit-il (il est expert en astronomie, cosmologie…).
Le docteur ne tarde pas à constater que prot a une action bénéfique sur les autres patients, même gravement atteints. Certains se mettent à réfléchir puis à raisonner sur leur névrose après discussion avec prot qui a le don d’aplanir les difficultés, de dénouer les problèmes et de pacifier les conversations. Les employés de l’asile eux-mêmes bénéficient de son charme, le docteur Brewer en premier lieu.

Á aucun moment le psychiatre ne doute que prot est un être humain malade ; à aucun moment le lecteur ne doute que prot est un voyageur de l’espace. Je ne peux donc pas vous donner mon avis sur le dénouement sans vous dévoiler l’essentiel. Je dirai juste qu’il s’agit d’un combat entre la poésie et l’irrationnel d’un côté et l’obstination médicale et rationaliste de l’autre. Pourtant, si prot est extrêmement attachant, le docteur Brewer n’est pas un monstre cynique et sûr de lui. Ses faiblesses avouées en font un personnage fragile et bienveillant, à l’inverse des stéréotypes sur les psychiatres. Cet asile nous devient donc très proche, illuminé par la présence de prot, un peu comme un havre de paix dans un monde de fous…

K-Pax : l’homme qui vient de loin (1995),Gene Brewer traduit de l’anglais (américain) par Hélène Prouteau, Editions Labor (Espace Nord), mai 2005, 304 pages, 12€

A lire aussi :

Oms en série – Stefan Wul La Terre n'est plus. Une poignée d'êtres humains survivants a été recueillie par les Draags, extra-terrestres de type insectoïde. Sur leur planète, le...
Le mur de Planck – Christophe Carpentier Il y a des livres dont le titre vous donne envie de partir en courant. Ainsi Défaite des maîtres et possesseurs, le livre de l'année 2016, et Le Mur d...
Nuit d’été – Dan Simmons Elm Haven est un bled de l'Illinois. En ouvrant Nuit d'été, on y arrive en juin 1960 après des années fastes économiquement et culturellement pour le ...
Le grand n’importe quoi – J.M. Erre Vous l'ignorez certainement, mais il existe un village en France pour la science-fiction : Gourdiflot-le-Bombé. Il s'y trouve un nombre impressionnant...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *