Nouvelles

Déchirures – Sire Cédric

Sire CedricLes démons dansaient parmi les hommes, et lui seul le savait, lui seul le voyait » et il en rend compte, Sire Cédric, grâce à ce recueil de nouvelles en partie inédites. Diables, démons, vampires, créatures mi-hommes, mi-animales, l’éventail des êtres malfaisants est large et suffisamment angoissant pour créer un certain malaise. Cette écriture-là est donc hautement performative, ce qui est à mettre au crédit de ce jeune auteur que l’on imagine tout de noir vêtu. Il est toujours question d’innocence salie (filles violées, innocents torturés…) par des hommes soumis à leurs instincts, leurs pulsions et cela depuis leur plus jeune âge (« Chérubins »). Car qui a souffert fera souffrir plus encore, avec raffinement et délice : l’innocence bafouée se venge, parfois de façon sordide (« Deathstars »).
Et c’est bien là que se trouve la faiblesse de l’auteur : l’accumulation de sévices insoutenables tourne au systématique alors que la suggestion aurait été plus subtile. On a envie de crier n’en jetez plus, alors que se vérifie l’adage un tantinet éculé : « les parents boivent, les enfants trinquent ». Éprouvé, le lecteur n’en apprécie pas moins les mondes marginaux décrits de façon très réaliste, en tout cas crédible, pour ce que j’en sais. Ces jeunes gens improbables, troués, tatoués, parés de noir (« Nocturnes »), aux cheveux moralement trop courts (« Carnage ») sont décrits de l’intérieur par une plume qui semble bien les connaître. La peur et la folie règnent en maître dans toutes ces nouvelles, en particulier dans la plus réussie, à mon avis, « Vexilla regis prodeunt inferni ».
Si vous ne les connaissez pas encore, je vous recommande donc de découvrir les éditions Nuit d’Avril grâce à ce recueil. Leurs ouvrages sont sobres et élégants et leurs choix éditoriaux révèlent un vrai engagement aux côtés de jeunes auteurs qui seront, gageons-le, les grands de la littérature fantastique de demain.

Sire Cédric sur Mes Imaginaires

Déchirures, Sire Cédric, Nuit d’avril, avril 2005, 249 pages, 16,50€

A lire aussi :

Imbroglius – Kim Tran Nhut Lo-Nast est une ville du futur où le crime a été banni grâce à une technologie avancée. Pourtant, un homme vient d'être assassiné d'un coup de poign...
Soul Breakers – Christophe Lambert 1936 : les Gentliz sont en route pour la Californie, car il paraît qu'il y a du travail là-bas. Après avoir perdu sa femme, sa maison et ses terres, J...
Les mines de Lang-Dulün – Jean-Luc Bizien Un elfe et un nain avancent de conserve sur l'unique chemin de la Grande Forêt. Ils atteignent bientôt le village de Laïm'Enh et son accueillante tave...
Les masques de Wielstadt – Pierre Pevel Où l'on retrouve le chevalier Kantz, la ville de Wielstadt et la guerre de Trente Ans. Le chasseur de démons doit cette fois élucider une mystérieus...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *