Adultes

Jack Barron et l’éternité – Norman Spinrad

Spinrad-1.jpg

Jack Barron est une star du petit écran. Ex-révolutionnaire, il a laissé tomber ses illusions gauchistes pour se transformer en justicier, en défenseur des opprimés, en porte-parole des faibles. Car tous les mercredis soirs, les téléspectateurs peuvent l’appeler en direct pour dénoncer une injustice dont ils sont victimes : Jack Barron est là pour dénoncer les crimes et titiller les puissants là où ça fait mal. Voilà pour l’image de marque, la vitrine. Mais Jack Barron n’est pas un héros, il a lui aussi ses points faibles et quand Benedict Howards, le magouilleur n°1 lui propose l’éternité en échange de sa discrétion, il accepte. Et quand il découvre à quel prix sanglant il doit son immortalité, il est trop tard pour dénoncer…
On retrouve ici les thèmes favoris de Spinrad : la manipulation, les médias, le pouvoir. Chaque phrase, chaque dialogue touche juste, jusque dans l’écriture agressive qui transcrit les sentiments de Jack. Au centre de cette brillante dénonciation du pouvoir de l’argent et de la télévision, on trouve un homme, pas entièrement positif, prêt à des compromis avec sa conscience pour garder son image de marque et son train de vie, un homme puissant mais tout petit face à la corruption, au cynisme et finalement au Mal, incarné par Howards. A coups de dénonciations de ce genre, Spinrad ne s’est pas fait que des amis dans la société américaine ; il vit désormais en France, heureusement pour nous.

Jack Barron et l’éternité (Bug Jack Barron, 1969), Norman Spinrad traduit de l’anglais (américain) par Guy Abadia, J’ai Lu Science-fiction n°856, juin 2002, 380 pages, 7€

A lire aussi :

Les Brillants – Marcus Sakey Nick Cooper est un Brillant : comme d’autres personnes nées depuis 1980, il a un pouvoir qui le rend différent des autres hommes. Supérieur diront cer...
L’invité malvenu – Barbara Hambly Depuis six ans, Kyra a quitté sa famille pour la citadelle où elle apprend à devenir magicienne. Elle a pour cela renoncé au bel avenir construit par ...
Désolation – Stephen King Livre à ne pas lire avant de partir pour un long voyage en 4x4 sur les routes désertiques des Etats-Unis. Sauf si vous aimez cauchemarder. Rêver de ...
Méléas et le warlack – Ian Ogilvy Méléas est orphelin ; il vit chez un drôle de bonhomme, Basil Tramblebone, qui l'a recueilli mais ne s'occupe guère de son éducation. Il se passionn...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *