Adultes

Le visage du mal – Tim Lebbon

Lebbon.jpg

Par une nuit obscure recouverte de neige, Dan et Megan, accompagnés de leur fille Nikki, dix-sept ans, regagnent lentement leur maison isolée dans la campagne. Un homme, Brand, fait du stop sur le bord de la route : ils le font monter dans leur véhicule. Aussitôt, la tension monte et l’atmosphère change dans la voiture. Chacun se sent assailli par une force étrangère et incontrôlable. Megan chasse l’auto-stoppeur de la voiture. Dès lors, chacun ressent des sensations qu’il a toujours voulu se cacher, aperçoit des ombres furtives, se dévoile à lui-même des pensées enfouies.
L’angoisse s’installe doucement au cœur de chacun des personnages. Dan, le père, qui vit dans la culpabilité lancinante de ne pas être à la hauteur ; Megan, la mère, jadis agressée par un sadique, frôle de loin en loin la folie mystique ; Nikki, la fille, s’abandonne avec une attirance morbide aux charmes délétères de celui qui incarne ses fantasmes les plus débridés. Brand déclenche le ça refoulé des membres de cette famille heureuse qui vole tout à coup en éclat.

Tout le roman n’est donc qu’un minutieux parcours psychologique, l’évolution attentive des transformations malsaines qui s’opèrent chez les protagonistes. Les quelques longueurs et répétitions contribuent à alourdir l’atmosphère et procèdent de la dynamique narrative. Mais Tim Lebbon ne parvient pas vraiment à nous faire frissonner de terreur. Quand au final, Brand déchaîne toute sa fureur, je n’arrive pas à vraiment prendre fait et cause pour les personnages, à craindre pour eux, à compatir (partager la souffrance). Peut-être ne bénéficient-ils pas au départ d’une épaisseur psychologique suffisante. Peut-être les enjeux ne sont-ils pas assez cruciaux. Le visage du mal est le premier roman traduit en français de Tim Lebbon, né en 1969 ; gageons qu’il deviendra un grand du thriller d’épouvante fantastique.

Le visage du mal (Face, 2001), Tim Lebbon traduit de l’anglais par Thierry Arson, Fleuve Noir (Thriller fantastique N°9309), novembre 2004, 341 pages, 7,50€

 

A lire aussi :

Le scarabée – Richard Marsh Joelle Losfeld réédite un roman policier fantastique anglais. Trois adjectifs, mais pas un de trop. Policier car il y a des morts, très sanglantes, de...
Monument – Ian Graham Ballas est un dur à cuire, un vrai de vrai. Le héros de ce one shot (enfin) de fantasy est un gros méchant qui se fait tabasser des dizaines de fois e...
La malédiction des anges – Danielle Trussoni... Je n’ai jamais rien lu de bien convaincant sur les anges, sujet mou s’il en est, qu’il est bien difficile de rendre passionnant. Ce roman-ci allait-il...
Morwenna – Jo Walton Nombreux sont les lecteurs de littératures de l'Imaginaire qui sont tombés sous le charme de Morwenna. Il faut dire que cette Galloise de quinze ans a...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *