Adultes

Le livre des crânes – Robert Silverberg

Le livre des crânesSi le titre vous incite à penser qu’en lisant ce Silverberg méconnu vous croiserez des labyrinthes obscurs, des rites médiévaux sanglants ou des portes grinçantes ouvrant sur des souterrains remplis de cadavres, vous faites fausse route. Le livre des crânes en question est un ouvrage très ancien découvert par un jeune étudiant juif américain, Eli. Il recèle des secrets insoupçonnables et l’emplacement d’un étrange monastère.
Eli traduit comme il peut une partie du texte, met au courant ses trois camarades de chambrée et les voilà partis vers la chaleur de l’ouest profond. Eli le Juif, Ned l’homosexuel, Oliver le paysan parvenu et le riche Timothy s’en vont quérir l’éternité, sachant que deux d’entre eux devront mourir pour que les deux autres vivent éternellement. Sur la route qui les mène vers l’improbable monastère, chacun se remet plus ou moins en question, cherchant à connaître les raisons qui les ont poussés vers cette quête aussi dangereuse qu’aléatoire. Ils parviendront cependant au monastère du Crâne et devront franchir leurs propres limites physiques tout en remuant au fond d’eux-mêmes leurs plus sombres souvenirs.

C’est donc une quête initiatique que nous propose Silverberg avec Le livre des crânes, un rien fantastique mais en aucun cas science-fictive. Les quatre protagonistes devenant tour à tour narrateur, le lecteur plonge au coeur de leur personnalité, de leur complexité et contradictions. Le thème aurait donc pu être passionnant si ces quatre jeunes gens pensaient un peu à autre chose qu’au sexe. Il n’est à peu près question que de ça, à tout âge, dans toutes les positions et avec les partenaires les plus variés (entre hommes, entre frère et soeur, à trois…). A la longue, c’est fatigant, et l’on en vient à se demander s’il y avait autre chose dans l’esprit des jeunes américains des années soixante-dix. Un peu dommage donc que le thème si bien traité de la quête initiatique soit saturé de propos de chambrée et de partie de jambes en l’air : ça lasse…

Robert Silverberg sur Mes Imaginaires

Le livre des crânes (The Book of Skulls, 1972), Robert Silverberg traduit de l’anglais (américain) par Guy Abadia, Librairie Générale Française (Le livre de poche – science fiction n°7260), avril 2004, 351 pages, 6,50€

A lire aussi :

Le Livre des mots / 1 – Julie V. Jones Cette nouvelle série de fantasy fait partie de la première salve de titres proposés par la nouvelle collection de fantasy grand format chez Calmann-Lé...
Le dernier chasseur de sorcières – James Mor... Soixante-dix ans de la vie d'une femme, et quelle femme ! Jennet Stearne fille et soeur de chasseurs de sorcières et surtout nièce par alliance d'une ...
Le Trône de fer / 4 – George R.R. Martin L'intrigue progresse-t-elle dans ce quatrième tome ? Eh bien oui, un peu. Grâce à un mécanisme narratif hyper efficace, Martin fait avancer son récit ...
Sac d’os – Stephen King Pourquoi vous conseiller du Stephen King alors qu'il encombre déjà vos étagères et que l'auteur n'a pas besoin d'une critique positive supplémentaire ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *