Adultes

Les racines du mal – Maurice G. Dantec

Coeur

DantecEntrée immédiate dans le monde des tueurs en série : âmes sensibles s’abstenir. Dès les premières pages de ce pavé, Maurice Dantec entraîne son lecteur dans une spirale implacable, celle de la folie, sans vous laisser une minute de répit.

On suit dans une première partie l’ultime cavalcade de Andreas Schaltzmann, qu’on surnomme le vampire de Vitry (vous pouvez imaginer le pire à partir du surnom). Puis une équipe de scientifiques s’attache à démontrer l’innocence de Schaltzmann concernant trois meurtres qu’on lui attribue à tort.

Arthur Darquandier, expert en sciences cognitives, en neurochimie et en informatique, parvient à se mettre tout le monde à dos et quitte l’Europe. Quand il revient, il repart sur la piste de tueurs aux pratiques rituelles qui sévissent essentiellement dans les Alpes. Il ne mène pas seul sa traque contre ces ouvriers du Mal : c’est le docteur Schizzo, neuromatrice aux facultés troublantes, quasi humaines et très performantes qui guide le scientifique sur les traces de la Famille.

Le grand Jeu a commencé, qui devra s’achever dans un bain de sang et de souffrances lors du Gambit du Millénium. Darquandier avance à pas de géant (la neuromatrice viole impunément et sans laisser de traces toute base de données, internationale ou privée, et aucune porte blindée ne lui résiste : facile !) et découvre les liens subtils tissés entre folie et mysticisme. Les tueurs s’abreuvent de philosophies pseudo-orientales et de millénarismes mal digérés.

Dantec nous entraîne au bord de psychismes malades, les scrute et les dissèque au péril de ses héros, aussi détestables soient-ils. C’est un délicieux cauchemar, une plongée dans des psychismes malades qui nous deviennent aussi proches qu’ils restent répugnants. Une très grande réussite d’écriture qui fascine et révolte à la fois.

 

Les racines du mal (1995), Maurice G. Dantec, Gallimard (Folio Policier n°63), janvier 2001, 752 pages

A lire aussi :

Gagner la guerre – Jean-Philippe Jaworski J'ai raté la première publication de Jean-Philippe Jaworski, Janua Vera, alors laissez-moi vous dire que si c'est aussi votre cas, il ne faut pas négl...
La nuit a dévoré le monde – Pit Agarmen Antoine Verney, la trentaine et narrateur de cette histoire, se trouve être le seul survivant d’une soirée entre amis branchés à Pigalle. Non pas qu...
La Malvenue – Claude Seignolle Jadis en Sologne. Quand ? Peut-être hier, avant une guerre, ou avant-hier, à l'aube d'un siècle… Une Sologne où les champs se moissonnaient à bras, où...
Fatherland – Robert Harris Allemagne, 1964 : les nazis ont gagné la Seconde Guerre mondiale et le Reich s'étend de l'Alsace aux confins de la Russie ; seul le front est resté en...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *