Le supernaturaliste – Eoin Colfer


Colfer-1.jpg

Cosmo Hill, 14 ans, est un enfant trouvé, un non-sponsorisé placé à l’orphelinat Clarissa-Frayne pour garçons à parentalité déficiente. Comme les autres pensionnaires, il sert de cobaye pour tester divers médicaments ou produits chimiques. Il parvient un jour à s’échapper et rejoint une bande de supernaturalistes, quatre jeunes qui après une Expérience de Mort Imminente parviennent à voir des créatures que le sang et la souffrance attirent sur les blessés et les agonisants. Les supernaturalistes ont voué leur vie à la destruction de ces créatures parasites qui aspirent l’énergie vitale.

Bien sûr, Cosmo va s’ouvrir aux autres et se découvrir lui-même au contact de ses nouveaux amis. Il s’ouvre à l’amitié, à l’amour, et au dépassement de soi. Rien de très original, jusqu’à la fin où l’on comprend que les méchantes créatures ne sont pas si méchantes, au contraire : elles apaisent la souffrance des hommes dans leurs derniers instants. Le Mal a un autre visage, les supernaturalistes vont l’apprendre à leurs dépends.

L’intérêt du roman se trouve essentiellement dans les talents de conteur de Colfer qui encore une fois (après la série des Artémis Fowl) déroule les aventures de son jeune héros tambour-battant. L’atmosphère cyberpunk est originale dans un roman SF jeunesse et plutôt bien réussie : à Satellite City, la société est régie par un méga-ordinateur qui ne peut rien contre la surpopulation, la pollution et la misère. Alors pourquoi (ne pas) lire le nouveau Eoin Colfer ? Parce qu’il y aura une suite…

 

Le supernaturaliste (2004), Eoin Colfer traduit de l’anglais (irlandais) par Julien Ramel, Gallimard, octobre 2004, 315 pages, 15€

.
.

Pour recevoir un mail à chaque nouvel article publié :

.

2313 : la Terre compte vingt milliards d'habitants. Pour agrandir l'espace vital, les hommes ont réussi à éloigner Vénus du Soleil (grâce à la coordination de l'énergie propulsive des volcans) et ont confié à la mission Terre bis le soin des premiers repérages de terraformation. Trois Français (un astronaute, une…
Le commandant Horatio II consigne jour après jour dans son Respectueux Rapport tous les faits et gestes de l'équipage et des passagers de son vaisseau. Force nous est donc donné de constater que c'est un incapable fini et que chacun fait à bord ce qu'il a envie. Il n'y aurait…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *