Adultes

L’échiquier du mal – Dan Simmons

Simmons-2.jpgCoeur

Le Mal a-t-il une raison d’être ? Répond-il à une logique humaine où à une quelconque transcendance ? Saul Laski, rescapé des camps de la mort décide de consacrer ce qui lui reste de vie à répondre à ces questions et à retrouver celui qui l’humilia lors d’une partie d’échecs jouée avec des pièces humaines : l’Oberts Wilhelm von Borchert.

C’est en 1980 qu’il retrouve sa piste aux USA où il est devenu Willi Borden, producteur à Hollywood. Peu à peu, des liens se tissent entre lui et deux adorables et monstrueuses petites vieilles, douées comme lui du Talent de s’immiscer dans l’esprit des gens, d’annihiler leur volonté et de les soumettre à la leur. Ils utilisent leurs victimes pour le seul plaisir d’un Jeu sanglant, violent, gratuit qui alimente leur soif de puissance et de longévité. Mais ils vont découvrir qu’ils ne sont pas les seuls vampires psychiques de ce bas monde et s’affronter dans une lutte qui ne peut avoir pour fin que l’anéantissement des autres.

Pour répondre aux questions posées ici, Dan Simmons pose magistralement l’Homme comme unique réponse au problème du Mal. L’Homme et l’Homme seul a le pouvoir et le désir d’anéantir ses semblables, de les nier et de les humilier. Que quelques êtres humains charismatiques et puissants décident que d’autres sont de trop et la machine se met en marche, comme celle du 3ème Reich. Ce n’est pas par hasard que Dan Simmons choisit pour héros un juif polonais et une jeune noire américaine : le temps passe mais les exclus sont toujours là, et toujours là aussi les volontés avouées ou non de se débarrasser de ces  » races inférieures « . Et il leur fait subir les pires épreuves tout au long de ces quelques mille pages dont le rythme et l’intérêt ne faiblissent jamais. Lors des scènes de manipulations psychiques, on retrouve la veine horrifique de Simmons qui fait accomplir à ses personnages des exploits extraordinaires alors qu’ils ne sont plus que des morts-vivants.

Les monstres sont parmi nous, souvent avenants et brillants, et ils nous manipulent, nous soumettant à leur désir obscène de domination. Mais Saul Laski a prouvé qu’il est possible d’échapper à la violence et au mal absolu par la seule force de sa volonté. Même si le Mal fera toujours partie intégrante de l’être humain.

De Dan Simmons sur Mes Imaginaires


L’échiquier du mal : l’intégrale (1989), Dan Simmons traduit de l’anglais (américain) par Jean-Daniel Brèque, Denoël (Lunes d’encre), juin 2003, 1003 pages, 29€

 

A lire aussi :

Le prince écorché – Mark Lawrence « But these days are gone… ». Oui, il est bien fini le temps de l’innocence, celui de l’enfance du prince Jorg, héritier du trône d’Ancrath, un des ...
L’Education de Stony Mayhall – Daryl Gregory... Quoi de plus naturel pour un zombie que de se décomposer, de pourrir sur place, mais de durer malgré l’écoeurement qu’il provoque. C’est ce qui arrive...
Le chant de Kali – Dan Simmons Robert Luczak, poète de son métier est chargé de se rendre en Inde pour récupérer le manuscrit d'un écrivain, Das, que tout le monde croyait mort depu...
Alif l’Invisible – G. Willow Wilson Il ne s’appelle pas vraiment Alif car il doit se cacher, être invisible. Hacker de profession dans une ville indéterminée du Moyen-Orient, il protège ...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *