Adultes

La conspiration des ténèbres – Theodore Roszak

Roszak 1CoeurBelle réussite : une vaste fresque sur le cinéma, mâtinée d’un complot multiséculaire ourdi par une minorité religieuse que l’on n’imaginait pas si machiavélique. Jonathan Gates, universitaire reconnu, raconte comment sa passion pour le réalisateur allemand Max Castle l’a conduit à découvrir une vaste machination.

Le jeune Jonathan découvre l’amour et le cinéma grâce à Clare Swann qui fait survivre une petite salle glauque de la côte ouest en défendant contre vents et marées un cinéma d’art et d’essai. Intransigeante, parfois caractérielle, elle modèle le docile Jonathan qui découvre par hasard le cinéma de Max Castle. Il cherche à en savoir plus sur lui, malgré Clare qui le juge malsain, voire dangereux. Ce ne sont pas tant ses films eux-mêmes (vampires, revenants et sexe pour l’essentiel) que l’au-delà des films qui fascine Jonathan. Il découvre peu à peu qui était Max Castle grâce à ceux qui l’ont connu et comprend qu’il cachait des films derrière ses films. Mais pourquoi ? Des scènes de meurtres, de viols et de désolation impressionnent inconsciemment l’œil du spectateur : dans quel but ? Les Orphelins de la Tempête, organisation caritative internationale qui a élevé Castle, ont peut-être une réponse, que Jonathan Gates découvrira à ses dépends.

Il faut certainement aimer le cinéma américain, des débuts aux années 60, pour apprécier ce livre. Mais on en sort intelligent car on apprend beaucoup, en particulier sur l’Âge d’or d’Hollywood. Le personnage de Jonathan Gates, le narrateur, peut paraître un peu fade mais il a justement l’innocence nécessaire au complot et l’inconsistance adéquate pour être l’ombre de Clarissa Swann, figure de l’intellectuelle sûre d’elle-même et de son savoir. Jonathan, lui, expérimente aussi la médiocrité cinématographique, la facilité vulgaire et rigolarde par laquelle on se laisserait bien emporter si l’on ne se secouait parfois pour ne pas se laisser engloutir par la vague du « faut bien rigoler ». C’est presque un intellectuel malgré lui que l’on suit pas à pas dans ses découvertes, dans le monde un peu glauque des films de séries B et dans ses passionnantes rencontres : Zip Lipsky, le nain caméraman de génie ; sa femme Franny, ex star de la jungle façon Hollywood ; Olga Tell, fille de la campagne devenue actrice pas farouche ; et même le grand Orson Wells lui-même (car c’est Max Castle qui lui a soufflé les meilleures idées du scénario de Citizen Kane, le saviez-vous ?). Une formidable galerie de personnages, aussi déchus que convaincants, restes moribonds de la grande broyeuse de talents que fut aussi la grande industrie du cinéma.

Un vrai grand bonheur de lecture, pour Hollywood et les organisations secrètes, à lire d’une traite.

Theodore Roszak sur Mes Imaginaires

.

La conspiration des ténèbres (1991), Theodore Roszak traduit de l’anglais (américain) par Edith Ochs, Le cherche midi (Ailleurs), mai 2004, 764 pages, 23€

A lire aussi :

La 5e Vague – Rick Yancey La romance est un genre qui fonctionne bien depuis déjà quelques années. En matière de littératures de l’Imaginaire, le succès de Twilight a ouvert la...
Acacia / 1 : la guerre du Mein – David Antho... Peut-on encore lire de la bonne fantasy aujourd'hui ? Je me pose souvent la question, j'y réponds souvent non, je n'essaye même plus beaucoup... Et po...
La Trilogie de l’Empire / 1 – Raymond ... Mara, dix-sept ans, est l'unique héritière du clan des Acoma. Son père et son frère ont été tués par l'ennemi ancestral de leur maison : Jingu, seig...
Les dames du lac – Marion Zimmer Bradley Soyons clair dès le départ : Marion Zimmer Bradley a eu une idée de génie en faisant raconter l'histoire du roi Arthur et de ses chevaliers par les hé...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *