Adultes

Le gène du doute – Nicos Panayotopoulos

Panayotopoulos2063. James Wright, écrivain, vit ses derniers jours sur son lit d’hôpital. Il écrit alors ses mémoires qui dressent le portrait de la vie littéraire durant plus de dix décennies. Années ô combien agitées puisque c’est alors qu’un scientifique met au point le test de Zimmerman permettant de savoir, grâce à une simple prise de sang, si l’on est ou non porteur du gène de l’artiste. Le monde littéraire, et en particulier les éditeurs, ne se fonde plus, dès lors que sur le test : on est ou on n’est pas écrivain, peintre, sculpteur… James Wright est un de ceux qui refusent de se soumettre à la dictature du test. Sa carrière d’écrivain en est bouleversée.
On ne peut s’empêcher de sourire en lisant cette description d’un monde littéraire qui n’a plus rien à raconter. Les critiques, privées de leurs prérogatives puisque le talent des auteurs publiés n’est plus à prouver, rabâchent et glosent sur des portraits, concourent pour la place du meilleur poncif. C’est aussi un travail de réflexion sur la création, à travers ce James Wright qui reste des années sans pouvoir écrire et ne retrouve son génie que pour être le nègre d’un auteur testé positif. Sa vie durant, il a douté et lutté contre la tentation de savoir si oui ou non, il était un artiste. Et alors que le lecteur croit le savoir grâce à l’avant-propos du récit de Wright, l’auteur, dans une pirouette finale, amène le lecteur à douter, lui aussi. Doutons donc, c’est encore la meilleure façon de rester éveillé.


Le gène du doute (
To gonídio tīs amfivolías,, 1999), Nicos Panayotopoulos traduit du grec par Gilles Decorvet, Gallimard, mars 2004, 200 pages, 16€

A lire aussi :

A l’assaut des ténèbres – Susan Cooper... Will Stanton fête ses onze ans peu avant Noël. Dès lors tout change pour lui car il devient capable de pénétrer dans un autre monde, ou autre dimens...
Skully Fourbery – Derek Landy Stephanie vient d'hériter de son oncle écrivain de best sellers quasiment tous ses biens, ses droits d'auteur et un ami particulièrement original, S...
Endgame – James Frey A la lecture d’Endgame, on peut se demander jusqu’où ira la littérature jeunesse dans la banalisation de la violence. La violence comme jeu, comme spo...
Fight Club – Chuck Palahniuk . - Nous sommes impatients de vous voir revenir parmi nous. . Ainsi s'achève Fight Club, et il faut bien dire que depuis 1996 et ce premier roman...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *