Adultes

Malhorne / 2 : les eaux d’Aratta – Jérôme Camut

Camut-2.jpgDans Le Trait d’union des mondes, Jérôme Camut nous contait les différentes vies d’un être exceptionnel plusieurs fois réincarné : Malhorne. Ce premier tome teintait un roman historique d’une dimension ésotérique très mystérieuse. On retrouve dans ce second volume le même souffle narratif qui entraîne le lecteur sur les pas d’une petite fille d’abord, dernière réincarnation de Malhorne, puis d’Ilis et d’une poignée d’hommes et de femmes qui croient encore en lui. Le tout ponctué par les interventions dérangeantes d’un écologiste, trublion du net.
Alors que le premier tome tenait du roman historique, celui-ci s’apparente plutôt au thriller. Car Denis Craig, toujours président de la fondation Prométhée, reste sur les traces du réincarné. Il a suivi Franklin Adamov qui s’est réfugié avec le bébé en Amérique du Sud, entouré de ses amis. La popularité de Malhorne est devenue mondiale au point que des sectes voient le jour dans le monde entier. Quand Denis Craig met fin à la colonie amazonienne dans un massacre, les amis de Malhorne cherchent quelques temps sa réincarnation puis se séparent. Quinze ans plus tard, Milos, jeune délinquant du Bronx, découvre des jeunes filles identiques dans un entrepôt. En même temps, Tara Steamway, amie de Franklin Adamov, reçoit les carnets d’un scientifique qui a travaillé pour Craig à des expériences sur une jeune fille aux pouvoirs extraordinaires, Ilis. A des milliers de kilomètres de là, une équipe d’archéologues découvre en Mésopotamie de mystérieuses constructions heptagonales et une nécropole vide.
Pour entrer dans ce roman extrêmement dense, il vous faudra accepter d’être ballotté d’un récit à l’autre qui longtemps n’ont rien en commun. On pressent bien sûr que tous ces personnages vont finir par se retrouver autour d’Ilis et de l’énigme d’Aratta, reine d’une civilisation pré-sumérienne totalement disparue. Et peu à peu Jérôme Camut tisse une toile narrative qui court sur des milliers d’années sans qu’un détail ou un personnage soit laissé au hasard. Un récit minutieux donc, pour un texte qui vous laissera admiratif tant l’ambition est grande, l’érudition vaste et le projet habilement mené.
Malhorne serait-il la voie vers un autre destin pour l’homme ? Y aurait-il ailleurs, ici, en chaque homme, une autre manière d’être au monde que certains élus pourraient dévoiler à tous ? Les amis de Malhorne y croient, et vous aussi bientôt…

Jérôme Camut sur Mes Imaginaires

Malhorne – 2 : les eaux d’Aratta, Jérôme Camut, Bragelonne, mai 2004, 485 pages, 18€

A lire aussi :

Car les temps changent – Dominique Douay Hier, 31 décembre 1963, Léo avait trente-trois ans et vivait à Paris. Aujourd'hui, Léo a toujours trente-trois ans et vit toujours à Paris. Rien ne de...
Tom Lorient – Marie-Aude Murail Tom Lorient, 30 ans est sûr de lui : alors qu'il rentrait chez lui de nuit, sa voiture s'est arrêtée sans raison, il a vu une soucoupe volante et des ...
A vos souhaits – Fabrice Colin Avis à tous ceux que la fantasy guerrière et médiévale fatigue. Fabrice Colin nous invente un Londres pas banal et nous fait rire, enfin, avec cette p...
Les âmes rivales – René Manzor « Trois âmes sœurs étaient condamnées à se retrouver, d’existence en existence. Seules deux d’entre elles pouvaient s’aimer. La troisième n’avait d’...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *