Jeunesse

Mosa Wosa – Nathalie Le Gendre

Le GendreVoici un roman qui finit de façon beaucoup moins attendue qu’on le croyait au départ. On a tout d’abord Mosa, un gentil adolescent indien qui vit harmonieusement dans son oasis, loin des technopôles. De l’autre côté, Wosa, un ado urbain teigneux, type skin head, qu’on déteste d’emblée mais qui s’avère être le frère jumeau du premier. Or Mosa décide de quitter sa plaine pour rencontrer son père qu’il n’a jamais vu et du même coup découvre son frère qui est atteint d’une maladie incurable.
Comme prévu, l’ado teigneux rejette tous les efforts que fait l’Indien pour créer des liens entre eux. Alors on se dit que forcément, les choses ne vont pas en rester là, que le méchant va devenir gentil et reconnaître les qualités des Indiens. Fin de la première partie, un peu faible à mon goût. Mais dans la seconde, où Wosa rejoint la réserve de son frère, les choses deviennent plus subtiles et le dénouement amène une belle réflexion sur le dévouement, la responsabilité et l’amour du prochain. Car Wosa n’est pas exactement le jumeau de Mosa, il est son clone, ce qui ouvre aussi la réflexion sur le droit à la différence. Droit également revendiqué par la Stenatliha, jeune indienne qui revendique le droit d’être chamane, tout en introduisant dans les rites ancestraux certaines pratiques médicinales des hommes blancs.

Au final nous avons là une belle leçon de tolérance et d’amour, beaucoup moins manichéenne et traditionnelle que les premières pages pourraient le laisser croire. Certaines scènes sont même réellement émouvantes. Nathalie Le Gendre aime les Indiens, elle les défend même dans la postface de ce livre où elle expose la tragique situation de l’Indien lakota-anishinabe, Leonard Peltier.

Nathalie Le Gendre sur Mes Imaginaires

Mosa Wosa, Nathalie Le Gendre, Mango (Autres Mondes n°24), mars 2004, 222 pages, 9€

A lire aussi :

La griffe et le sang – François Larzem Mina, jeune Tsigane de seize ans et héroïne de François Larzem, doit fuir avec sa mère Liuda pour échapper encore et toujours à la violence qui se déc...
Leçons du monde fluctuant – Jérôme Noirez Dans l'Angleterre uchronique des années 1860, la Grande Rectrice Victoria règne en tyran de l'instruction sur l'Educaume d'Angleterre. En effet, à la ...
Le camp – Christophe Nicolas Ce roman-là m’a prise le premier jour du printemps et m’a scotchée tout le dimanche dans mon fauteuil. A peine si j’ai mangé. Il fallait que je sache....
La démone des batailles – Jean-Marc Ligny Plusieurs solutions pour faire lire les ados : s'engouffrer dans la veine Harry Potter et publier des sagas et autres trilogies en cinq tomes, ou donn...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *