Adultes

Le maître de Frazé – Herbert Lieberman

Lieberman.jpg
2070. Des jeunes gens sont enfermés dans un château isolé dans le Grand Nord canadien. Ils sont frères et soeurs, de mère inconnue mais nés du même père, Orville Jones, milliardaire. Celui-ci, énigmatique, ne leur rend visite qu’une fois par an pour un entretien sommaire durant lequel il reste dans l’ombre. A l’issue de la série d’entretiens, l’un d’eux disparaît à jamais. Leur vie à tous est organisée selon le Système de Jones : enfermés, régime alimentaire contrôlé, dialyse hebdomadaire, ils ne connaissent rien du monde extérieur, si ce n’est l’existence des Hommes des Bois, peuple de nains effrayants qui vivent autour du château.
Or, lors de sa visite annuelle, Jones est retrouvé mort dans son lit, probablement assassiné. Le colonel Porphyre arrive sur les lieux et commence son enquête : ce qu’il va découvrir représente à la fois l’horreur d’un cerveau malade et l’espoir de l’humanité.

Herbert Lieberman, que l’on connaît plutôt pour ses romans policiers, signe ici un roman au suspense pesant et glauque. Le milliardaire Jones ayant inventé, avec ses scientifiques, le sérum qui prolonge la vie, il a voulu l’appliquer à la régénérescence d’une espèce bestiale d’hommes cruels. Il donne ses propres enfants, par dizaines, en cobayes au nom d’expériences immondes et traumatisantes. Ce roman tient de L’Ile du docteur Moreau et son atmosphère oppressante est très réussie. Certaines scènes sont pourtant exagérément longues et plombent malheureusement le fil du récit. On s’attache quand même à ces jeunes gens (qui n’en sont pas), ainsi qu’au courageux colonel Porphyre. Leur fuite devant les cruels Hommes des Bois est palpitante. Un suspense prenant au goût de recherches génétiques qui peut se lire à partir de 15-16 ans.

Le maître de Frazé (Sandman Sleep, 1993), Herbert Lieberman, traduit de l’anglais par Jean Langoiran, Le Seuil (Point n°81), 1997, 420 pages, 7,30€

A lire aussi :

Louis Capet, suite et fin – Jean-Luc Benozig... Les éditeurs de littérature dite générale nous réservent parfois de bonnes surprises. Les non-lecteurs de SF vont pouvoir découvrir, sans le savoir s'...
Déracinée – Naomi Novik Ma première rencontre avec Naomi Novik il y a une dizaine d’années s’était plutôt mal passée. Le premier tome (et son premier roman) de sa série à suc...
Tideland – Mitch Cullin Dans le fin fond du Texas, au milieu de nulle part, il y a une vieille maison en bois. A l'intérieur, une petite fille, Jeliza-Rose, qui enfile au bou...
Le livre des crânes – Robert Silverberg Si le titre vous incite à penser qu'en lisant ce Silverberg méconnu vous croiserez des labyrinthes obscurs, des rites médiévaux sanglants ou des porte...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *