Adultes

Malhorne / 1 – Jérôme Camut

Camut-1-copie-1.jpgCoeur2010 : au fin fond de la forêt amazonienne, l’équipe du professeur Adamov découvre la gigantesque statue d’un homme. Bientôt contacté par la mystérieuse fondation Prométhée, Adamov apprend qu’une statue identique a été découverte à des milliers de kilomètres de là. D’autres suivront, toutes construites d’une même main mais à des époques si éloignées qu’une vie humaine ne saurait les embrasser. L’équipe de scientifiques engagée par Denis Craig, patron de Prométhée, planche sur le cas Malhorne : qui est cet homme qui prétend avoir construit toutes ces statues et dont il vont écouter le long récit : un fou ? Un dieu ? Tout autre chose ? La fin de ce passionnant premier épisode ne nous permet pas de répondre à cette question, mais il ne fait aucun doute que l’irrationnel a son mot à dire dans cette histoire.
Car le périple de Malhorne a commencé le 25 août 1491, jour où il trouva la mort pour la première fois, pour mieux retrouver la vie dans le corps d’un enfant simple d’esprit. Entamant un cycle de réincarnations, Malhorne sera tour à tour un esclave noir, un moine bouddhiste, un juif déporté… etc… Il traversera la France révolutionnaire, l’Afrique, le Tibet, le Japon…

Le récit captivant de ces vies successives enchaîne le lecteur à un roman de S-F qui se mêle d’histoire et d’aventures. Un pari ambitieux donc pour un premier roman qui tient les promesses du romanesque et du mystère. La prose de Jérôme Camut est fluide et si facile à lire que le lecteur s’étonne d’avoir lu plus de cinq cents pages à la fin du premier épisode. Ses héros (les différents Malhorne, le professeur Adamov…) sont d’une grande densité et les nombreux personnages secondaires donnent consistance et ampleur à chaque récit de vie. Il n’en est pas un de trop car une fresque comme celle-ci nécessite du personnel…
Beaucoup de souffle et d’imagination pour ce premier volet d’une trilogie dont le second se fait attendre.

Jérôme Camut sur Mes Imaginaires

Malhorne, épisode 1 : le trait d’union des mondes, Jérôme Camut, Le Serpent à Plumes (Serpentaire), janvier 2002, 519 pages, 18€

A lire aussi :

Le dernier monde – Céline Minard Voilà, encore une fois, ça ne va pas être facile… Ne pas aller dans le sens du vent, surtout quand celui-ci est soufflé par Libération, Télérama, Le F...
Le casse du continuum – Léo Henry Ils sont sept. Sept spécialistes réunis pour former une équipe de choc, voire même l’Equipe, la seule et unique capable de réaliser le casse du contin...
La spirale de Lug – Jonas Lenn Un curé des plus iconoclastes vient d'être assassiné. L'inspecteur Bardet, chargé de l'enquête, fait appel à John Coolter et Isidore Quincampoix. Les ...
La horde du contrevent – Alain Damasio Voici un des livres les plus originaux qu'il m'ait été donné de lire ces derniers temps. Tant sur le plan formel que sur le fond, Alain Damasio nous p...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *