Adultes

Sac d’os – Stephen King

King 3Pourquoi vous conseiller du Stephen King alors qu’il encombre déjà vos étagères et que l’auteur n’a pas besoin d’une critique positive supplémentaire pour vendre des millions de livres ? Tout simplement pour vous engager à lire ce titre-là qui est vraiment très bon. N’étant pas une spécialiste de King, je ne saurais dire s’il s’agit de son meilleur roman, mais je l’ai ouvert grâce à de très bonnes critiques et non sans a priori.

Michael Noonan est un écrivain américain à succès qui suite au décès brutal de sa jeune femme ne parvient plus à écrire. Pendant quatre ans il refile des manuscrits de jeunesse à son agent puis part se ressourcer à Sara Laughs, sa maison du Maine, sur les rives du lac Dark Score. Il y fait des découvertes sur les agissements de sa femme dans l’année qui précéda sa mort accidentelle, et rencontre une très jeune femme veuve qui élève seule sa petite fille dans une caravane et qui est poursuivie par les foudres de son milliardaire de beau-père. Sara Laughs est bientôt le théâtre de manifestations étranges : courants d’air glacés, bruits de sanglots, cloches qui tintent et lettres magnétiques qui forment d’elles-mêmes des messages. Michael Noonan est bien décidé à défendre la jeune veuve contre son odieux beau-père ainsi qu’à découvrir ce que sa femme est venue chercher à Sara Laughs avant de mourir. Il va ainsi marcher sur les traces du passé et découvrir le drame qui a entaché une génération d’habitants et dont les sanglantes conséquences ne sont pas terminées.

Ce livre est avant tout un livre d’ambiance. Il ne s’y passe pas grand chose avant la page 493, si ce n’est quelques manifestations étranges, la rencontre puis l’attirance entre l’écrivain et la jeune veuve, plus quelques considérations et développements sur l’écrivain américain en manque d’inspiration. Mais tout se met en place peu à peu, dans une atmosphère lourde faite de chaleur, de commérages et de secrets enfouis. On est rapidement envoûté et quand, cent pages avant la fin, tout s’accélère, on est scotché jusqu’à la dernière ligne. Les cent dernières pages sont fulgurantes et les cinq cents premières, captivantes. Le tout nous laisse assez admiratif devant la maîtrise narrative de King qui peut s’attacher un lecteur grâce à quelques faits mineurs en créant une atmosphère tendue à l’extrême sans grosses ficelles ni hémoglobine.
Si vous ne devez en lire qu’un, lisez celui-là (de préférence pendant les vacances pour ne pas hacher la lecture), et vous y reviendrez…

Stephen King sur Mes Imaginaires


Sac d’os (Bag of Bones, 1998), Stephen King traduit de l’anglais (américain) par William Olivier Desmond, Paris, Albin Michel, 1999

A lire aussi :

Lady Hunt – Hélène Frappat C’est après avoir entendu Hélène Frappat parler de Lady Hunt lors de certaines de mes émissions littéraires préférées que j’ai eu envie de lire ce liv...
Dans la forêt – Jean Hegland Ce n'est que petit à petit que Nell, la narratrice, Eva sa soeur et leur père se sont rendu compte que la société partait en sucette. Des coupures d'a...
Les mémoires d’Elizabeth Frankenstein –... Souvenez-vous : Robert Walton, explorateur de l'Arctique nous racontait jadis l'histoire incroyable de l'homme qu'il sauva des glaces, cet homme qui a...
Les Brillants – Marcus Sakey Nick Cooper est un Brillant : comme d’autres personnes nées depuis 1980, il a un pouvoir qui le rend différent des autres hommes. Supérieur diront cer...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *