Adultes

Les Chroniques des Ravens / 3 – James Barclay

Barclay-3.jpg
Voici enfin le troisième épisode des Chroniques des Ravens. Six années se sont écoulées depuis la fin du second épisode et l’enfant d’Erienne et Denser est né. C’est une fille prénommée Lyanna qui développe des capacités magiques extrêmement puissantes : elle a  » la capacité de comprendre les annales de tous les Collèges, mais aussi une connaissance innée de la force fondamentale et unique à laquelle les mages avaient jadis accès « . Selon toute vraisemblance, elle est celle qui pourra à nouveau unir les quatre Collèges de magie en un et ouvrir l’accès à la vraie magie.
Mais les Collèges, jaloux de leur pouvoir respectif, refusent cette union et pourchassent l’enfant. De même Sélik, et ses terribles Ailes Noires, farouches opposants à la magie, veulent l’éliminer. Pour sauver son enfant, Erienne s’est enfuie, la confiant aux soins des très vieilles Al-Drechars, gardiennes de la foi et de la vraie magie. Mais l’esprit de l’enfant provoque des désastres climatiques sur Balaïa : cataclysmes, tempêtes, ras de marées, le monde s’écroule à cause de l’enfant. Les Ravens à nouveau réunis vont tenter de sauver Balaïa en sauvant Lyanna.

Pour une fois encore, le sort de Balaïa repose dans les mains des Ravens. Même si les guerriers sont fatigués et aspirent à d’autres occupations (l’Inconnu est père de famille et Hirad doit veiller sur ses dragons), ils unissent à nouveau leurs forces pour sauver l’enfant de leurs amis, car ils sont liés par un code d’honneur et de fraternité. Comme dans les épisodes précédents, l’intrigue est simple mais les ressorts du conflit très complexes : les affrontements entre collèges de magie, les implications d’anciennes prophéties, les conséquences de vieilles rancunes et d’espoirs frustrés, tout se mêle pour composer un récit d’une grande densité dramatique au suspense très prenant.
James Barclay manie toujours aussi bien les dialogues et c’est un vrai plaisir de lire les échanges verbaux parfois cinglants, souvent savoureux de ces mercenaires que tensions et conflits intérieurs n’épargnent pas. Ces personnages sont toujours aussi riches et vivants et leurs combats et scènes de querelles ne cessent de nous enchaîner à une course contre la montre très réussie. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, tel l’abominable et indestructible Sélik et le trop loyal Darrick.
Il serait vraiment dommage que Les chroniques des Ravens ne soient qu’une trilogie.

Cet article a été publié dans Science-Fiction Magazine n°41, février 2004

James Barclay sur Mes Imaginaires

Les chroniques des Ravens – 3 : OmbreMage (Nightchild, 2001), James Barclay traduit de l’anglais par Isabelle Trouin, Bragelonne, août 2003, 395 pages, 20€

A lire aussi :

Royaume désuni – James Lovegrove Le Pari malchanceux a mis fin au développement de l’Angleterre. Pire encore, il a ligué cette vieille nation contre les autres nations du Royaume Un...
Le fabuleux Maurice et ses rongeurs savants –... Au risque de décevoir bien des fans, j'oserais affirmer que ce Pratchett-là n'est vraiment pas très intéressant. Sorti en 2001 en Grande-Bretagne, il ...
Hellraiser – Clive Barker Frank Cotton a déjà tout expérimenté dans la vie : aucun plaisir qu'il ne connaisse et dont il ne se soit lassé. Alors comme d'autres qui ici bas ont ...
Enig Marcheur – Russell Hoban Présentation : Dans un futur lointain, après que les feux nucléaires ont ravagé le monde - le Grand Boum -, ce qui reste des hommes est revenu à l'âge...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *