Adultes

Le double corps du roi – Ugo Bellagamba & Thomas Day

Bellagamba.jpg

Le général Absû Déléthérion prend le pouvoir par la force : soutenu par le clergé et une partie de l’aristocratie, il assassine Yskander, le vieux roi et s’installe sur le trône comme régent. Pour asseoir sa légitimité, il va devoir mettre la main sur l’Hérakléion, l’armure de quartz jadis forgée par Héphaïstos. Sans cette armure magique, le régent n’est rien : elle est le double corps du roi, le « symbole de la transcendance du pouvoir politique qui préside à l’organisation sociale des hommes et fait écho à l’intemporelle harmonie de la Nature ». 

Mais Egée Seisachtéion, fidèle à la mémoire du vieux roi dont il fut le poète et le confident, s’est emparé de l’armure pour la cacher sur l’île de la Canopée, là où vit la fille illégitime d’Yskander. Sur cette île sauvage et dangereuse, les peuples divisés vivent selon des rites anciens et les lois d’une nature hostile mais respectée. Là, peut-être, se trouve l’Elu, celui qui inaugurera une ère de paix et d’harmonie en revêtant l’armure. Mais pour retrouver ce symbole de la légitimité royale et servir ses ambitions, Absû Déléthérion prépare la guerre.

Voici un livre extrêmement riche, tant au niveau de l’action que des enjeux. L’intrigue politique sous-tend le roman du début à la fin : un coup d’Etat peut-il être légitimé ? La personne royale seule suffit-elle à incarner le pouvoir ou celui-ci a-t-il besoin d’une quelconque transcendance ? Certaines thèses historiques ardues, énoncées en son temps par Kantorowicz, trouvent ici une illustration originale, dans un monde imaginaire qui ne l’est pas moins. D’un côté, la civilisation de Déméter, anémiée par des siècles de corruption et fissurée par les intrigues de cour. De l’autre la Nature sauvage et hostile de la Canopée, terre de rêves et d’espoir. L’opposition traditionnelle entre un monde décadent et une civilisation jeune et archaïque n’est pas neuve, mais le problème de la transcendance du pouvoir donne une profondeur nouvelle à ce schéma classique. Les intrigues entre clergé et aristocratie sont habilement mises en scène et la cruauté du Régent fait frémir le lecteur. Tout comme les créatures mystérieuses et sanguinaires de la Sylve Profonde canopéenne.

La quête, thème classique en Fantasy, se mène ici tambour battant au rythme de combats qui se règlent au fil de l’épée et de grandes batailles épiques. Beaucoup de souffle donc et d’imagination, servis par une langue riche et harmonieuse. Un mariage heureux donc entre Day et Bellagamba, pour un grand bonheur de lecture.

Thomas Day sur Mes Imaginaires.

Cet article a été publié dans Science-Fiction Magazine n°37, octobre 2003

Le double corps du roi, Ugo Bellagamba & Thomas Day, Mnémos (Icares), 2003, 306 pages, 23€

A lire aussi :

D’or et d’émeraude – Eric Holste... Si vous avez comme moi été moyennement emballé par le précédent et premier roman d'Eric Holstein, Petits arrangements avec l'éternité,  vous pouvez ...
Les papillons géomètres – Christine Luce Quel étrange livre que Les papillons géomètres... Il développe un imaginaire personnel qui séduit par son originalité. La quatrième de couverture évoq...
L’envers du monde – Gabriel Katz Que ceux qui n’ont pas lu le premier tome d’Aeternia ne lisent pas cette chronique, ou ne viennent pas se plaindre : il se terminait sur un renverseme...
Sphinx / 1 – Nicolas Jarry & France Ric... Il va d'abord falloir faire fi de la couverture, signée Civiello, qui est l'une des pires qu'il m'a été donné de voir. Ça n'est pas engageant et il fa...

Mes Imaginaires est un blog de lecture animé depuis le 6 janvier 2004 par Sandrine Brugot Maillard : chroniqueuse littéraire, membre du jury du Grand Prix de l'Imaginaire de 2008 à 2018, formatrice et animatrice de débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *